AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
N'oubliez pas les postes-vacants, ils sont importants pour le déroulement de l'histoire, et très intéressants ! I love you

Partagez|

Une seconde durant, j'ai cru que tu m'avais abandonnée... [Pietro ღ ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Une seconde durant, j'ai cru que tu m'avais abandonnée... [Pietro ღ ] Dim 5 Juil - 22:13

Mais où est-il ? Mon regard fixe le plafond alors que, dans la chambre que nous partageons, dans cette espèce de cellule où on est enfermés tous les deux à longueur d’année, je me demande où mon frère a bien pu passer. Son fichu pouvoir lui a permis de se faire la malle, là où moi je suis coincée là, incapable de bouger, parce que je n’arrive pas à aller aussi vite, ou peut être simplement parce que je n’ai pas envie de manipuler toutes ces personnes pour sortir. Tony Stark est à la poursuite d’Hydra, comme tous les Vengeurs. Il finira bien par arriver à nous trouver, et moi je dois simplement l’attendre jusqu’à ce qu’il arrive là et qu’il me tombe tout cru dans le bec. En attendant, je me demande bien où peut être mon frère. L’heure avance, et il n’est toujours pas rentré. L’heure avance et je n’ai toujours aucune nouvelle de lui.

Les minutes se changent en heure, et au fur et à mesure que le temps égrenne ses secondes, je me tends un peu plus. D’autres idées me viennent en tête. Plus sombres. Plus noires. Des « et si » dont je me serais passée. Mon regard quitte le plafond et se pose sur la porte, alors que je commence à me ronger les ongles de la main droite. Puis, lorsque j’ai finis, je passe à la gauche. Je ne quitte la porte des yeux que pour me tourner vers l’horloge et stresser un peu plus. Et s’il était mort ? Et s’il s’était fait prendre par un Vengeur ? Et s’il avait été attaqué par plus fort que lui ? Et si d’autres armes secrètes comme nous avaient survécu et l’avaient attaqué ? Et si… Je panique. Je suis totalement terrifiée. Il ne m’a pas dit où il allait. Il ne m’a rien dit. C’est la première fois qu’il me tient en dehors de sa vie. Dans ma poitrine mon cœur accélère alors que je suis au bord de la crise de panique. Je finis par fermer les yeux et par prendre une grande inspiration avant de finalement tourner la tête vers la porte. Il est six heures du matin et mon attente est finie.

J’aurais pu hurler. J’aurais du hurler. Mais, la seule chose que je fais, là maintenant, c’est traverser la cellule et enrouler mes bras autour du cou de mon frère pour me blottir contre lui. Je le serre comme si ma vie en dépendait. Je me love dans ses bras et ferme les yeux. Et puis, je le repousse. Je le repousse et je mets les mains sur mes hanches pour l’observer de haut en bas. Il est là. Il est vivant. Alors, je peux crier. Parce qu’il le mérite. Il mérite de voir ce que ça fait, de me faire attendre toute la nuit.

- T’étais où ? T’aurais pas pu me prévenir ? J’ai cru.. J’ai cru qu’il t’avait trouvé. Ou que tu l’avais trouvé. On n’est pas prêts encore. Et, on doit le trouver ensemble. Pas séparément. T’as pas le droit… T’as pas le droit de me laisser de côté. On doit rester unis. Je n’ai que toi, Pietro. Que toi. T’as pas le droit de m’oublier pour partir comme ça.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pietro Maximoff

J'ai déjà écrit : 118 lettres. Je suis arrivé le : 27/04/2015 Mon petit nom c'est : mangue. et je ressemble à : aaron taylor-johnson. Je dis merci à : nîniel & tumblr. on me connaît sous le nom de : quicksilver / le vif d'argent, speedy gonzales, super-sonic. et je suis un : mutant ou humain génétiquement modifié, si vous préférez. Je suis du côté : anciennement avec hydra, désormais indépendant. et je travaille comme : aucun, voleur à temps pleins.


MessageSujet: Re: Une seconde durant, j'ai cru que tu m'avais abandonnée... [Pietro ღ ] Mar 7 Juil - 20:15

Pietro inspire alors qu’il arrive enfin devant le bâtiment d’Hydra. Il sait déjà que Wanda va faire une crise. Il peut sentir son inquiétude et son énervement à des kilomètres. Cela a toujours été comme ça entre eux. L’un sentant si l’autre est en danger, ce qu’il ressent, parfois, aussi. Il ne sait pas encore quelle excuse il va pouvoir sortir aux agents. Mais en tout cas, il est sûr d’une chose ; il ne parlera de Ozwald qu’à sa sœur jumelle, en espérant qu’elle le comprenne. En effet, le garçon lui a proposé de fuir avec lui, de vivre normalement, mais Quicksilver n’a accepté cela que pour une soirée. Il a bien trop peur pour Wanda. Il ne veut pas qu’il lui arrive quelque chose. Mais ce que lui a dit l’autre muté le tracasse. Et s’il avait raison ? Et s’il disait vrai ? Si Hydra voudrait les tuer après qu’ils se soient occupés des Avengers … Plus particulièrement de Stark ? Déglutissant, le jeune homme entre à toute vitesse et sort une plate excuse à l’homme qui s’occupe généralement de ses missions. Il a l’air suspicieux, mais visiblement, ce qu’il dit a l’air de le soulager. Alors, Pietro retourne dans l’espèce de cellule qu’il partage avec sa jumelle. Cette dernière l’enlace aussitôt, se blottissant contre lui et il répond à son étreinte en soupirant de soulagement. Elle va bien. Puis, soudainement, la jeune femme le repousse, les mains sur les hanches. Outch. Ca, ça veut dire qu’il va passer un sale quart d’heures. Soupirant en entendant Wanda s’énerver et parler à tous vitesse, Pietro vient caresser sa joue pour la calmer. « Wanda … Wanda je suis là, tout va bien … » Qu’il dit pour commencer, ne voulant pas qu’elle alerte tout le monde. « Pardonne-moi … Je ne t’ai pas oubliée, j’ai pensé à toi … Tout le temps. » Peut-être pas tout le temps, en fait, car Ozwald a su lui faire oublier un instant qui il est et quel est son but dans la vie. Il lui a … donné un semblant de vie normal durant une courte soirée, une courte nuit. « J’ai rencontré quelqu’un, Wanda … Un muté, comme nous. Je – Il m’a parlé d’Hydra … Ils ont essayé de le tuer quand ils ont compris qu’il ne leur servirait plus à rien … Peut-être qu’ils vont vouloir nous éliminer, nous aussi, lorsqu’on aura venger nos parents. » Tout en disant cela, Pietro revient enlacer la jeune femme pour la sentir contre lui. Elle lui a manqué, c’est vrai. En même temps, ils ont toujours été ensembles. Jamais ils n’ont été séparé plus d’une demi-journée.

_________________

EXCEPTION ★ If I told you what I was, would you turn your back on me ? And if I seem dangerous, would you be scared ? I get the feeling just because, everything I touch isn't dark enough. If this problem lies in me ...  A monster, a monster, I've turned into a monster. A monster, a monster, and it keeps getting stronger. (c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Une seconde durant, j'ai cru que tu m'avais abandonnée... [Pietro ღ ] Jeu 9 Juil - 21:48

Je l’aurais attendu jusqu’à la fin des temps si j’avais du. Mais, je crois qu’à chaque seconde qu’il passe loin de moi, ma colère augmente. Mon regard ne quitte pas la porte, et je me retrouve dans les bras de Pietro à la seconde où il rentre. Parce que, j’ai besoin… J’ai besoin de le sentir là, contre moi, d’être sûre et certaine que c’est bien lui. De sentir qu’il me serre contre son cœur, qu’il répond à mon câlin. Et puis, a la seconde où je sais qu’il est bien là. A la seconde où je sens que c’est réellement lui, je m’éloigne et je commence à crier. Parce que, cette peur, cette colère, elle a besoin de sortir. Elle doit sortir, sinon… Sinon je vais tout ressasser, encore et encore, et je ne saurais pas m’arrêter de lui en vouloir. Oh, je l’aime, mon frère. De tout mon cœur et de toute mon âme. Mais, parfois, je suis trop rancunière. Trop bloquée dans mes idées pour me rendre compte qu’en fait, j’ai tort. Mais là, je n’ai pas tort. J’ai le droit de crier. Parce qu’il n’était pas là. Parce qu’il m’a inquiétée. Vraiment, inquiétée. Mes ongles rongés peuvent en témoigner.

Mais, Pietro revient vers moi. Il s’avance vers moi et il me serre dans ses bras. Il caresse ma joue et il me rassure. Sa voix grave envahit mon cœur et je ferme les yeux une seconde durant, avant d’accepter cette vérité. Il ne m’a pas oubliée. Il ne pourrait pas m’oublier. Il n’a pas le droit de m’oublier. Nous sommes liés, comme ne peuvent l’être que des jumeaux, et encore plus avec ce pouvoir qui fait de lui une extension de mon cerveau. Alors, je niche ma tête contre son épaule, et je nous mes bras autour de sa taille. Parce que, j’ai besoin.. J’ai besoin qu’il soit là, près de moi. Encore une fois. Jusqu’à ce qu’il parle à nouveau. Qu’il me dise qu’il a rencontré quelqu’un. Là, je relève la tête, un peu surprise. Comment peut-on rencontrer quelqu’un dans cet endroit où chacun de nos gestes est surveillé ? Mais, la suite… La suite me fait froncer les sourcils.

- Je le sais, ça.

Je l’ai deviné depuis un moment. Je le savais, quelque part. ça ne m’étonne pas du tout. Ma main quitte le dos de mon frère pour monter caresser la joue de Piétro avant de lui sourire.

- Ils se servent de nous autant qu’on se sert d’eux, Piétro. Ils ne veulent qu’utiliser notre besoin de vengeance pour arriver à leurs fins, et puis ensuite… Ensuite ils nous effaceront, parce que ce ne sont que des humains. Ce qu’ils ne comprennent pas, ils l’éliminent. Ce qu’ils ne contrôlent pas, ils l’effacent de la surface de la terre. Et nous, ils ne nous ont jamais contrôlés. Alors, oui, un jour, une fois qu’on aura détruit Stark et sa clique, c’est contre eux que nous devrons combattre.

Je me love à nouveau contre lui pour enfouir mon visage dans sa chemise avant de terminer, dans un souffle :

- Je pensais que tu l’avais compris, toi aussi…

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pietro Maximoff

J'ai déjà écrit : 118 lettres. Je suis arrivé le : 27/04/2015 Mon petit nom c'est : mangue. et je ressemble à : aaron taylor-johnson. Je dis merci à : nîniel & tumblr. on me connaît sous le nom de : quicksilver / le vif d'argent, speedy gonzales, super-sonic. et je suis un : mutant ou humain génétiquement modifié, si vous préférez. Je suis du côté : anciennement avec hydra, désormais indépendant. et je travaille comme : aucun, voleur à temps pleins.


MessageSujet: Re: Une seconde durant, j'ai cru que tu m'avais abandonnée... [Pietro ღ ] Sam 11 Juil - 13:45

Pietro sait déjà qu’il va passer un mauvais quart d’heure avec sa sœur. Elle a dû s’inquiéter toute la nuit alors que lui, il tentait de vivre une vie normale pendant un temps limité. Il s’en veut un peu, de l’avoir mise de côté durant ce temps, mais … Dans le fond, le jeune homme avait besoin de cette normalité. Et Ozwald lui a offert un moment de répit. Il lui a montré ce qu’il pourrait faire s’il ne suivait pas cette folle quête depuis son adolescence. Il se souvient du visage du garçon, lorsqu’il lui a avoué qu’ils avaient choisi Hydra de leur pleins grès, lui et Wanda. Il se souvient aussi de l’odeur du jeune homme, de sa façon de parler si douce et de sa voix peu banale. Si Pietro pense ne rien ressentir pour le garçon, il se trompe. En une soirée, ils ont appris à se connaître plus qu’il ne le croit et il semblerait que, malgré lui, il se soit laissé apprivoisé par l’autre muté. Et soudainement, il se met à penser que cela fait tellement de temps qu’il n’est pas allé au cinéma, à la plage … Cela fait tellement de temps qu’il n’a pas regardé un film, ni même jouer aux jeux vidéo comme il aimait si bien le faire avant. C’est pourtant impossible pour lui de redevenir le Pietro d’avant. Du moins, c’est ce qu’il pense pour le moment. Car la vengeance semble plus importante que n’importe quoi. Il veut rendre Wanda heureuse. Et si pour cela, il doit passer sa vie à courir après Stark, alors, sûrement, le fera-t-il. Inspirant, il fronce légèrement les sourcils en l’entendant. Elle le savait déjà ? Sceptique, Quicksilver regarde sa sœur d’un air dubitatif. Elle caresse sa joue doucement et le jeune homme tente de garder son calme. Alors, elle le sait depuis le début. Ils se servent d’eux. Autant qu’eux ? Non. Pietro a toujours pensé qu’ils s’entraidaient puisqu’ils ont le même but. Il l’écoute attentivement. Le programme semble si simple aux yeux de sa jumelle. Lorsqu’ils auront détruit Stark et les autres, ils devront se charger d’Hydra ? Soupirant doucement, Pietro la laisse enfouir son visage dans sa chemise. Il l’enlace doucement en fixant droit devant lui. Elle pensait vraiment qu’il avait compris cela aussi. Mais cela n’a jamais été le cas. Soufflant fort, le muté caresse doucement le dos de sa sœur. « Non. Je pensais qu’après cela, nous serions libres. Libres de vivre … comme tout le monde. » Lâche-t-il, avouant finalement ce dont il rêve depuis qu’ils se sont mis en tête de venger leurs parents. Il ne sait pas vraiment comment va réagir sa sœur jumelle, mais Pietro le pense sincèrement. Il aimerait vivre comme Ozwald, bien que ce dernier se cache d’Hydra. Il aimerait pouvoir courir où bon lui semble, manger ce qu’il veut et bien évidemment, se faire des amis. Pourquoi ? Avant, il n’y pensait pas. Le jeune télé kinésiste lui a retourné le cerveau. « Nous allons donc passer toute notre vie à nous battre et à poursuivre nos ennemis ? Ne veux-tu pas autre chose que tout ce sang, Wanda ? » Demande-t-il soudainement, la voix basse. Il ne veut pas être entendu. Il désire simplement que sa sœur essaie de le comprendre. Car dans le fond, il se voit mal combattre pour le restant de sa vie.

_________________

EXCEPTION ★ If I told you what I was, would you turn your back on me ? And if I seem dangerous, would you be scared ? I get the feeling just because, everything I touch isn't dark enough. If this problem lies in me ...  A monster, a monster, I've turned into a monster. A monster, a monster, and it keeps getting stronger. (c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Une seconde durant, j'ai cru que tu m'avais abandonnée... [Pietro ღ ] Lun 13 Juil - 23:02

Je finis par avouer à voix haute, dans cette pièce où nous sommes certainement surveillés que j’ai depuis longtemps, et sans avoir à utiliser mes pouvoirs, compris ce qu’il se passe autour de nous. A force de lire dans les personnes qui m’entourent, grâce à ce pouvoir, j’ai aiguisé ma compréhension de ce monde dont nous sommes désormais plus ou moins coupés, mon frère et moi. Nous n’en sortons que pour nous entrainer, que pour subir de nouvelles expériences. La douleur de l’aiguille m’est devenue tellement familière que je n’arrive plus à imaginer autre chose pour ma vie. Je n’ai pas réellement l’impression qu’un jour cela sera terminé. Contrairement à Piétro, je n’ai jamais imaginé que ma vie puisse redevenir normale. Elle ne l’est plus depuis nos dix ans, après tout. Nous sommes bloqués l’un comme l’autre, dans cette quête de vengeance, et je ne peux pas partager l’envie de normalité de Pietro. Si lui a été bénit uniquement par cette super vitesse, ce que je vois dans le cœur des hommes m’a tout simplement donné l’envie de ne plus jamais me lier à personne. Il n’y a que Piétro qui compte. Les hommes… Les hommes sont des créatures cupides, avides de sexe et incapables du moindre respect. Alors, non, je n’ai pas l’espoir d’un jour retrouver une vie normale. Quelque part, cette prison me semble un excellent moyen de se protéger contre cette noirceur ambiante. Contre cette fichue vie. Ici, nous sommes protégés. Ici, rien ne peut nous arriver. Du moins tant qu’on sait se rendre utiles.

- Je ne suis pas sûre de vouloir retourner dans le monde, tu sais… Je… Ce n’est pas tant une prison que ça. On est bien traités. Et, on peut travailler sur nos dons. On peut faire pratiquement tout ce qu’on veut sans qu’il n’y ait personne pour nous redire quoi que ce soit. Tant qu’on reste là. Après tout ça, après notre vengeance, je leur aurai proposé de continuer à travailler pour eux, tu sais. C’est la seule vie que je connais, maintenant. Je ne suis pas sûre de savoir reprendre une vie normale.

Je peux comprendre Piétro, cependant. Je peux comprendre qu’il souhaite autre chose dans sa vie. Contrairement à moi qui voit toujours tout en noir, Piétro a toujours eu… Une part de rêves. Peut être que, malgré tout ce que nous avons su traverser ensemble, il a su, lui, conserver une part de cette enfance normale que j’ai enfermée au fond de mon cœur à triple tours.

- Je ne sais pas. Je ne sais pas réellement ce que je veux, Piétro… J’ai l’impression qu’il n’y a pas de bon ni de mauvais choix. Si nous leur demandons de nous libérer, une fois notre vengeance obtenue, ils vont refuser. Et nous devrons les combattre. Et, si nous obtenons notre liberté… est ce que nous saurons oublier ces quinze dernières années d’entrainements et d’expériences scientifiques pour nous fondre dans la masse ? Est-ce que tu réussirais, toi, à trouver un métier, à arrêter de courir aussi vite que l’éclair, parce que les humains ne comprendraient pas ce que nous sommes, nous autres, les mutants créés en laboratoire ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pietro Maximoff

J'ai déjà écrit : 118 lettres. Je suis arrivé le : 27/04/2015 Mon petit nom c'est : mangue. et je ressemble à : aaron taylor-johnson. Je dis merci à : nîniel & tumblr. on me connaît sous le nom de : quicksilver / le vif d'argent, speedy gonzales, super-sonic. et je suis un : mutant ou humain génétiquement modifié, si vous préférez. Je suis du côté : anciennement avec hydra, désormais indépendant. et je travaille comme : aucun, voleur à temps pleins.


MessageSujet: Re: Une seconde durant, j'ai cru que tu m'avais abandonnée... [Pietro ღ ] Mar 14 Juil - 12:57

Pietro aurait aimé entendre que sa sœur veuille partir elle aussi. Il ne se voit pas être enfermé toute sa vie à Hydra. Il ne veut pas, non. Ca jamais. A la base, ils sont venus ici pour se venger, mais ensuite ? Plus rien ne le retiendra ici. Mis à part Wanda. Si elle ne part pas avec lui, que pourra-t-il bien faire ? Il n’imagine pas sa vie sans sa sœur. Elle est bien trop importante à ses yeux. Il l’aime beaucoup trop pour la quitter. Alors, il baisse la tête, fuyant le regard de la jeune femme, déstabilisé. Pourquoi ? Pourquoi voudrait-elle rester ici quand ils pourraient être libres ? Quand ils pourront enfin vivre une vie normale ? N’est-ce pas là ce que tout le monde veut dans le fond ? Pietro relève le regard vers sa jumelle, ne comprenant pas. Elle n’est pas sûre de vouloir vivre une vie normale ? Faire tout ce que vous voulez ? Tu secoues la tête. Ce n’est pas vrai. Travailler pour eux ? Pietro se sent soudainement trahi. Pourquoi ne lui a-t-elle pas dit ? Pourquoi lui a-t-elle caché cela ? Le garçon ne s’en veut soudainement plus de s’être effacé durant toute la nuit. Car si lui, il ne lui cache rien, Wanda a visiblement cru bon de ne pas lui dire qu’elle avait proposé à Hydra de continuer à travailler pour eux. Quicksilver serre alors les poings, blessé. Elle choisirait Hydra plutôt que lui ? Il faut qu’il lui demande. Qu’il lui pose la question. Il la laisse parler, l’écoute poliment, bien qu’il ait terriblement envie de lui couper la parole et de la faire taire. Les questions qu’elle lui pose le font reculer un peu. Est-ce les humains les comprendraient ? Il n’en sait rien. Mais … Ozwald lui a laissé une chance. Il n’a pas fui en le voyant. Il l’a traité comme quelqu’un de … Normal ? Il a l’air de pouvoir vivre normalement, lui. De ne pas avoir trop de problèmes avec autrui. « Alors quoi ? On passe notre vie enfermée ici ? A continuer à jouer aux gentils robots de laboratoire ? » Il la regarde dans les yeux pour lui montrer qu’il est sérieux, qu’il ne comprend pas où elle veut en venir. « Wanda … Je … L’autre muté … Il vit normalement. Et pourtant, il ne se contrôle pas totalement. Nous … Nous on sait nous contrôler … On pourrait parfaitement y arriver ! » Qu’il lâche, peu sûr de lui, mais il veut essayer. Il en a envie. Il ne se voit pas rester enfermer toute sa vie. Il a déjà bien trop l’impression d’être un animal en cage, bien que de pouvoir tuer Stark grâce à ses pouvoirs et Hydra le font se sentir important et … puissant. « Tu choisirais Hydra plutôt que moi ? Si je veux partir et qu’ils t’ordonnent de me tuer pour leur prouver ton allégeance, le feras-tu ? » Qu’il demande, le regard dur. Sûrement est-ce ce muté qui lui a retourné le cerveau. Parce que lui, il peut vivre une vie normale. Parce que lui, il n’est pas obligé de rester enfermé dans cette chambre chaque nuit. Parce qu’il peut vivre tout simplement. « Wanda, ça ne devait être qu’une histoire de vengeance. » Qu’il lâche, un peu inquiet. Il a confiance en sa sœur. Si bien que dans le fond, il serait capable de la laisser le tuer si elle le devait. Il ne lui ferait jamais aucun mal. Et s’il fallait rester à Hydra pour le bien de cette dernière, il le ferait sans hésiter.

_________________

EXCEPTION ★ If I told you what I was, would you turn your back on me ? And if I seem dangerous, would you be scared ? I get the feeling just because, everything I touch isn't dark enough. If this problem lies in me ...  A monster, a monster, I've turned into a monster. A monster, a monster, and it keeps getting stronger. (c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Une seconde durant, j'ai cru que tu m'avais abandonnée... [Pietro ღ ] Sam 22 Aoû - 11:03

HJ : par contre, Wanda n’a pas encore proposé à Hydra de bosser pour eux, elle y songe et elle ne le fera qu’après leur vengeance obtenue. J’ai utilisé du conditionnel hein =)

Au fond, peut être que la liberté me fait peur. Peut-être que je ne suis pas sûre de savoir quoi faire de ma vie quand je n’aurais plus de but. Beaucoup de gens deviennent dépressifs lorsqu’ils atteignent leurs rêves, vous savez. Beaucoup de gens se demandent ce qu’ils vont bien pouvoir faire de leur vie et de leur misérable existence, simplement parce qu’ils ne sont pas capables de se trouver un nouveau but. Parce qu’atteindre ce moment où tout va bien pour eux, ce moment où chacune des choses sur leur liste de chose à faire est désormais faite ça leur donne l’impression de simplement avoir des années d’ennui profond devant eux. Est-ce que ce sera mon cas ? Peut-être. Je ne peux pas vraiment le savoir. Mais, avoir une vie normale, ça n’a jamais réellement été mon but, vous savez. Peut-être que ça l’était, avant… Avant que je ne change, que j’accepte le sérum qui a changé ma vie et qui m’a donné mes pouvoirs. Je n’ai plus pensé à avoir une vie normale depuis que cette douleur m’a vrillée sur la chaise d’examen, depuis que ma mâchoire s’est mise à me faire mal même lorsque je n’étais pas attachée par ces sangles qui me font encore aujourd’hui faire des cauchemars, tellement je serrais les dents pour ne pas que mon frère m’entende hurler. Non, je devais être forte pour lui. Je devais lui montrer qu’on pouvait y arriver.

C’est pour ça qu’on a réussi, non ? Parce que nous étions là l’un pour l’autre. Ma vie normale m’a été arrachée en cet instant. Ma vie normale a été enterrée, enfermée et oubliée dans un coin de mon esprit, et je suis étonnée de voir que Piétro remet cette idée sur le tapis. Quelque part, j’ai l’impression d’être face à un parfait inconnu, à quelqu’un qui ne m’a jamais comprise et qui ne me comprendra jamais. Je me mords la lèvre inférieure et je l’observe, silencieuse, alors qu’il me raconte ce qu’il se passe. Mon cœur se serre, et j’ai envie de hurler. J’ai envie de crier, de partir en courant. Je n’ai pas envie de me retrouver là, toute seule. Je ne veux pas me disputer avec Piétro parce que sinon, je suis capable de partir, de claquer la porte et d’aller faire des conneries, comme proposer à Hydra mon entière collaboration, même si je ne suis pas tout à fait sûre que ce soit une bonne idée. Pas tant que je n’ai pas ma vengeance. Mon regard observe Piétro et je secoue lentement la tête de droite à gauche :

- Si tu as déjà fait ton choix, pourquoi est ce que tu tente d’avoir mon approbation Piétro ?

Ma voix est glaciale et j’observe mon frère comme si je le redécouvrais. Cet autre muté… Je le déteste déjà. Je le déteste pour ce qu’il a mis dans la tête de mon frère. Ma mâchoire se crispe et je croise les bras. Je recule d’un pas et je m’éloigne, loin de lui, loin de mon frère.

- Je n’ai jamais eu l’intention de passer ma vie enfermée ici, Piétro. Mais c’est toujours mieux qu’être une caissière dans un supermarché avec les pouvoirs que j’ai. Une fois Stark mort, on pourra être ce qu’on veut vraiment. Et, toi, tu vas choisir d’être normal ? Nous ne sommes pas normaux. Nous ne le sommes plus depuis qu’une bombe a atterrit dans notre salon.

Mes mains se crispent sur mes avant-bras et mes ongles laissent des petites marques en forme de demi-lune dans ma peau, avant que ma voix emplisse à nouveau la pièce, aussi glaciale qu’incrédule :

- La normalité, c’est un leurre. Quand on aura notre vengeance, on pourra devenir les maitres du monde. On pourra être ce qu’on veut. Et toi, tu veux de la normalité ?

Je n’ai pas répondu à sa question, je le sais. Parce que je sais très bien que cette réponse est négative… Sauf s’il y a d’autres choses qui entrent en compte. Les circonstances. C’est ce qui change tout.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pietro Maximoff

J'ai déjà écrit : 118 lettres. Je suis arrivé le : 27/04/2015 Mon petit nom c'est : mangue. et je ressemble à : aaron taylor-johnson. Je dis merci à : nîniel & tumblr. on me connaît sous le nom de : quicksilver / le vif d'argent, speedy gonzales, super-sonic. et je suis un : mutant ou humain génétiquement modifié, si vous préférez. Je suis du côté : anciennement avec hydra, désormais indépendant. et je travaille comme : aucun, voleur à temps pleins.


MessageSujet: Re: Une seconde durant, j'ai cru que tu m'avais abandonnée... [Pietro ღ ] Jeu 3 Sep - 9:12

HJ : ah oui pardon, j'avais zappé :')

Pietro ne comprend pas vraiment sa sœur. A quoi bon rester avec Hydra lorsqu'ils auront leur vengeance ? C'est inutile. Ils pourront vivre. Ils pourront retrouver une vie normale. Avoir une famille, peut-être ? Oh. Il regarde Wanda, espérant qu'elle comprenne, qu'elle accepte de partir avec lui. Il en a tellement envie. Car si la jeune femme reste, son frère reste aussi. C'est comme ça que cela marche. C'est ainsi que cela a toujours marché aux yeux du jeune muté. Soufflant fort, il garde sa jumelle contre lui, humant son odeur. Il se sent bien avec elle. Il ne pourrait voir sa vie sans elle. Peut-être même qu'elle pourrait bien s'entendre avec Ozwald ? Ce serait vraiment bien. En y en pensant, Pietro se demande soudainement pour il repense au garçon. Il ne le verra peut-être plus jamais. Non ? Il regarde Wanda, attendant une réponse de sa part, une réaction. Est-ce qu'elle va lui en vouloir ? Le détester ? Ce n'est pas ce qu'il recherche. Il tient beaucoup trop à elle. Ils ont toujours été très unis. Elle ne peut pas le repousser, ni même le détester. Pourtant, il a l'impression qu'elle va bientôt faire cela. Il la sent se tendre, se crisper contre lui. Il voit son regard. Elle n'a pas l'air d'apprécier ses paroles. Et le jeune homme ne peut pas s'empêcher de s'en vouloir terriblement. Blêmissant en entendant sa jumelle lui répondre froidement, Pietro détourne le regard. « Parce que je ne veux pas partir sans toi. Je te suivrais toute ma vie, n'importe où. » Qu'il lui avoue avant de la regarder de nouveau lorsqu'elle s'éloigne de lui. Quoi ? Non ! Pourquoi fait-elle cela ? Déglutissant bruyamment, il l'écoute. Plus normaux ? La phrase de sa sœur lui alourdit soudainement le cœur. Alors, il ne pourra jamais vivre normalement ? Ozwald a l'air d'y arrive pourtant, non ? Pietro la regarde. Elle plante ses ongles dans la peau de ses bras croisés contre sa poitrine. Pourquoi ? Contient-elle sa colère ? Devenir les maîtres du monde. Est-ce vraiment ce qu'il veut ? Pietro soupire longuement et s'approche d'elle. « Pardon, Wanda. Ne t'énerve pas. Je ne vais pas partir. Je voulais juste … t'en parler. » Tente-t-il, pour la calmer. Car dans le fond, il hésite. Il se demande ce que pourrait être sa vie, s'il abandonne Hydra après leur vengeance obtenue. Soufflant fort, il s'approche à toute vitesse de sa sœur, l'enlaçant de nouveau. « On verra, on verra quand on aura notre vengeance. On parlera de ce qu'on fait, d'accord ? Wanda ne t'énerve pas. Je ne voulais pas t'énerver. Je voulais juste … Te parler. C'est ce qu'on a toujours fait. Je ne veux rien te cacher. » Pietro est sincère avec la jeune femme. Il ne veut pas lui mentir, ni même lui cacher des choses. Il est bien trop proche d'elle ; elle est bien trop importante à ses yeux pour qu'il se mette à agir différemment envers elle.

_________________

EXCEPTION ★ If I told you what I was, would you turn your back on me ? And if I seem dangerous, would you be scared ? I get the feeling just because, everything I touch isn't dark enough. If this problem lies in me ...  A monster, a monster, I've turned into a monster. A monster, a monster, and it keeps getting stronger. (c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Une seconde durant, j'ai cru que tu m'avais abandonnée... [Pietro ღ ] Dim 4 Oct - 19:27

Il m’abandonne. Quelque part, j’en suis sûre, il va m’abandonner. Mon cœur se brise à cette pensée. Déjà ce soir.. Oh, comme je me suis inquiétée. Oh comme j’ai eu du mal à ne pas péter un câble. J’aurais pu … J’aurais dû même. J’aurais dû prendre mes cliques et mes claques sortir d’ici et le laisser seul. J’aurais pu lui faire ressentir cette impression d’être seul et perdu. Mais non. Je suis restée dans cette cage et je l’ai attendu. Parce qu’il y avait cette part de moi qui espérait qu’il reviendrait. Qui savait qu’il reviendrait. Cela ne veut pas dire que ce qu’il me raconte me fait plaisir, ça non. Mon regard est dur lorsqu’il se pose sur lui, et je me retiens d’exploser. Parce qu’il veut le rejoindre, son … J’ai oublié son nom. J’aurais bien quelques qualificatifs pour cet inconnu, mais ils dépasseraient les limites de la correction. Et, si j’ai l’intention de tuer un homme, jamais je ne m’abaisserais à insulter les autres personnes pouvant croiser ma route un jour ou l’autre. Ce serait trop.  Pourtant tu l’as fait. Tu es parti. Sans moi. Tu m’as laissée. Qu’est ce qui t’empêchera de recommencer, hein ? ma voix ne montre aucune émotion, et je baisse les yeux vers le sol, fatiguée d’avance. Oh, comme j’ai envie de le laisser là pour qu’il comprenne ce qu’il se passe. Oh, comme j’ai envie de me blottir sous ma couette et de me retourner contre le mur pour oublier totalement cette journée d’inquiétude. On peut en parler. Mais, je ne me sens plus normale. Je n’ai pas l’impression que je pourrais le redevenir un jour, ni même que je pourrais reprendre ma place dans le monde. Toi, tu as de la chance, tu ne peux qu’aller vite. Moi … Mes pouvoirs sont trop intenses. Et, je ne me contrôle pas autant que je le voudrais. Dès que mes émotions prennent le dessus… Ma voix se brise et je baisse les yeux vers le sol, attristée par ce qu’il se passe à l’intérieur de moi en ce moment. Tant que je reste calme, mes pouvoirs sont parfaitement sous mon contrôle. Mais, ils sont tellement liés à mes émotions que, lorsque j’explose, lorsque je suis triste ou lorsque j’ai peur, ils agissent seuls, sans que je n’arrive à les réguler. C’est insupportable. Vraiment. J’y travaille, mais je n’ai pas encore eu ce déclic. Et, en plus de ça, je n’ai pas l’impression que je l’aurais un jour. Je ne pourrais pas redevenir normal, Piétro. Ils m’ont trop changée. Je me suis trop changée toute seule avec ces injections que j’ai accepté. Plus jamais je ne pourrais me retrouver face au monde et simplement aller faire mes courses ou bosser comme serveuse. C’est un rêve qui m’a éclaté au visage il y a bien longtemps. Je lève la main pour caresser la joue de mon frère, une expression triste sur le visage. Mais c’est bien que toi, tu y croie encore.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pietro Maximoff

J'ai déjà écrit : 118 lettres. Je suis arrivé le : 27/04/2015 Mon petit nom c'est : mangue. et je ressemble à : aaron taylor-johnson. Je dis merci à : nîniel & tumblr. on me connaît sous le nom de : quicksilver / le vif d'argent, speedy gonzales, super-sonic. et je suis un : mutant ou humain génétiquement modifié, si vous préférez. Je suis du côté : anciennement avec hydra, désormais indépendant. et je travaille comme : aucun, voleur à temps pleins.


MessageSujet: Re: Une seconde durant, j'ai cru que tu m'avais abandonnée... [Pietro ღ ] Lun 5 Oct - 13:16

Pietro sent la haine, la tristesse et la peine de sa sœur. Il sait qu'il l'a blessée. Qu'elle s'est inquiétée toute la nuit. Il l'a sentie. Mais … Il n'a pas pu s'en empêcher. Durant quelques heures, il a pu vivre comme quelqu'un de normal, et encore … ce fut très difficile. Ozwald a su lui montrer qu'il n'a pas perdu toute son humanité. Alors, peut-être y a-t-il encore une chance pour qu'ils puissent vivre normalement, Wanda et lui ? Les paroles de sa sœur ont l'effet d'une claque en pleine visage alors qu'il écarquille les yeux en l'écoutant. Parti. Sans moi. Laissé. Recommencer. Son cœur se serre alors qu'il regarde la jeune femme, choqué qu'elle puisse penser cela de lui. Jamais ô grand jamais il ne partira sans elle. Il pourrait mourir pour Wanda et désire plus que tout au monde son bonheur et sa protection. Soufflant fort, Pietro tente de garder son calme. Il ne veut pas se prendre la tête avec sa sœur. Il l'aime trop cela. Et c'est toujours douloureux lorsqu'ils se prennent la tête. Pietro la regarde tristement, inquiet. Il ne veut pas qu'elle lui en veuille, qu'elle le déteste. Soufflant doucement, il opine. Elle ne se sent plus normale. Il ne peut qu'aller vite. Pietro baisse la tête. C'est blessant. Il aurait tant aimé être aussi fort que sa sœur. Elle peut faire des choses tellement incroyables … Elle est forte, tellement … elle. A côté des pouvoirs de la jeune femme, le sien paraît si minime à ses yeux. Il s'approche doucement, bien qu'il n'ose pas la toucher pour le moment par peur d'être repoussé. Ozwald aussi ne contrôle pas totalement son don. Ses émotions le font faire des trucs idiots, mais ce n'est pas de sa faute. Et il arrive à travailler, à vivre normalement, même avec cela. Mais l'aîné des Maximoff ne lui dit pas, sachant très bien que Wanda pourrait s'énerver à l'entente de son prénom. Elle ne l'aime pas. Il le sait. Il le sent. Et c'est blessant. Car il apprécie le jeune homme. Même après n'avoir passé que quelques heures en sa compagnie. C'est … impossible à expliquer. C'est ainsi et c'est tout. Comme de la magie. Pietro écoute sa sœur, ses yeux bleus reflétant toute sa tristesse. Il souffle légèrement, frémissant quand elle lui caresse la joue. Ses bras musclés s'enroulent autour du corps fin et doux de la jeune femme. Il enfouit son visage dans ses cheveux, humant son odeur sucrée. « Wanda … Wanda je ne partirais jamais sans toi. Je ne t'abandonnerai jamais. Je ne peux pas vivre sans toi et tu le sais très bien. » Ses lèvres s'écrasent sur son front avec délicatesse alors qu'il vient à son tour caresser la joue de sa jumelle. « Ne me déteste pas, je t'en prie. Je ne recommencerai plus ... » Dit-il, tentant de se persuader lui-même qu'il ne reverra pas le muté.

_________________

EXCEPTION ★ If I told you what I was, would you turn your back on me ? And if I seem dangerous, would you be scared ? I get the feeling just because, everything I touch isn't dark enough. If this problem lies in me ...  A monster, a monster, I've turned into a monster. A monster, a monster, and it keeps getting stronger. (c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Une seconde durant, j'ai cru que tu m'avais abandonnée... [Pietro ღ ] Sam 10 Oct - 13:41



Une seconde durant, j'ai cru que tu m'avais abandonnée...
« Wanda & Piétro »

Lorsque Piétro me prend dans ses bras, toute cette tristesse que je retiens depuis trop longtemps me submerge et je fonds littéralement en larmes. Elles coulent le long de mes joues et je niche ma tête dans le creux de l’épaule de mon frère. Je ne suis pas aussi forte qu’il peut le penser. J’ai certes un sale caractère et je me donne de grands airs de madame je sais tout, mais au fond, tout au fond de mon cœur, il y a encore cette enfant qui pleure, blottie contre son frère, avec l’impression que la bombe devant elle va exploser et prendre sa vie. Oh, je le cache bien. Je suis parfaitement capable de faire croire ce que je veux à n’importe qui, et mes faiblesses, je ne les montre jamais. Parce qu’être faible c’est le meilleur moyen de se faire bouffer dans ce monde de brute, et je n’ai pas l’intention de me faire manger par plus fort que moi. Je suis une survivante enfermée dans une cage et surveillée en permanence, pour être sûr que rien ne cloche avec elle. Et, au fond, tout ça me pèse. Si j’ai peur de l’extérieur, je crois que je préfèrerais être dans un de ces endroits qui hantent mes cauchemars plutôt qu’ici, à être examinée à la loupe comme un cobaye. J’ai envie de hurler, de crier, de casser ces caméras pour pourvoir enfin être moi. Me trouver. Découvrir qui je suis au fond de moi.

Menteur. Tu l’as fait. J’aimerais le croire. J’aimerais pouvoir croire Piétro, mais il m’a laissée seule ce soir. Il découvre sa vie et petit à petit, nous allons nous éloigner l’un de l’autre et nous perdre. C’est comme ça que fonctionne la vie, après tout. C’est comme ça que le monde tourne. On s’apprécie un moment et on s’éloigne. On s’oublie. On disparait de la vie des uns et des autres. Et puis, ensuite, on recommence à s’attacher et on est à nouveau blessé. Piétro finira par vouloir vivre sa vie. Moi pas. Sans lui je ne suis rien. Sans lui, j’aurais cédé à mes instincts depuis longtemps et je serais retournée à l’état sauvage, j’aurais été traquer Tony Stark seule, au mépris de ma propre vie. Je ne pourrais jamais te détester, Piétro. Mais tu finiras par m’abandonner. Tu en as fait le premier pas ce soir. Et, au fond, c’est ça qui fait le plus mal je crois. Ma main attrape son t-shirt dans son dos, ma tête est toujours blottie dans son épaule pour ne pas qu’il voie les larmes qui coulent sur mon visage. Je ne peux rien voir dans cette posture, et je m’en fiche. Ici, c’est le seul endroit où je me sois jamais sentie en sécurité. Dans les bras de Piétro Maximoff. Et, arrête de mentir. Tu sais très bien que tu le reverras, ce voleur. Voleur de frère. Voleur de repères. Oh, les termes pour le qualifier sont nombreux. Vraiment nombreux. Mais, je ne peux m’empêcher d’espérer me tromper. D’espérer que Piétro reste à mes côtés jusqu’au bout. Qu’il soit là encore et toujours jusqu’au dernier souffle qui sortira de ma poitrine. Doux rêve d’enfant… Et moi qui me pensais cynique au point de ne plus savoir rêver.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pietro Maximoff

J'ai déjà écrit : 118 lettres. Je suis arrivé le : 27/04/2015 Mon petit nom c'est : mangue. et je ressemble à : aaron taylor-johnson. Je dis merci à : nîniel & tumblr. on me connaît sous le nom de : quicksilver / le vif d'argent, speedy gonzales, super-sonic. et je suis un : mutant ou humain génétiquement modifié, si vous préférez. Je suis du côté : anciennement avec hydra, désormais indépendant. et je travaille comme : aucun, voleur à temps pleins.


MessageSujet: Re: Une seconde durant, j'ai cru que tu m'avais abandonnée... [Pietro ღ ] Lun 12 Oct - 10:35

Pietro ne voulait pas blesser sa sœur. Oh non. C'est bien la dernière chose que le jeune Maximof désire. Il ne pensait pas qu'elle le prendrait aussi mal. Il aurait très bien pu lui dire que la mission avait durer plus longtemps, mais il ne peut pas lui mentir. Non. C'est impossible. Wanda est beaucoup trop importante pour lui. Il ne saurait lui cacher la vérité. Pourtant, en lui disant ce qu'il a fait la nuit précédente, Pietro pensait qu'elle comprendrait et qu'elle entreverrait un tout autre avenir pour eux deux. Il s'est totalement planté et désormais, la jeune femme lui en veut terriblement. Son cœur se serre alors qu'il sent les larmes de sa sœur inonder son haut. Non. Non. Non ! Il s'est toujours promis de ne jamais la faire pleurer ! Pieto se crispe et la berce doucement, sa main droite caressant son dos ; l'autre venant caresser ses cheveux avec douceur. Pietro tente de se rattraper. De lui faire comprendre qu'il ne l'abandonnera pas. Il ne désire que son bonheur. Oui. Le bonheur de Wanda avant le sien. Il souffle fort et embrasse son front de manière protectrice alors qu'elle commence à parler de nouveau. Elle ne peut point le détester. Cela le soulage. L'abandonner ? Le muté secoue vivement la tête et la serre un peu plus contre son torse musclé. Il n'aime pas la voir ainsi ; aussi détruite, aussi mal. Il souffle doucement et prend son visage entre ses mains pour essuyer ses yeux du bout des doigts avant de lui débarbouiller le visage. « Eh, Wanda … Je suis là. Regarde-moi. Je suis toujours là, avec toi. Je ne vais pas t'abandonner. T'es ma Wanda. Je t'ai promis de ne jamais partir loin de toi, tu t'en rappelles ? On devait avoir  … Sept ou huit ans. J'avais cassé ton cadeau de noël alors que c'était le seul que tu avais eu à cause de la pauvreté de nos parents et … et t'as pleuré. Alors … Je m'en suis voulu. Et j't'ai promis de ne plus te faire pleurer … A-alors arrête de pleurer, je t'en prie. J't'ai aussi promis de pas t'abandonner. D'pas te laisser toute seule. N-Ne pleure plus ... » Il bégaie un peu, totalement paniqué. Il ne veut pas rompre les promesses qu'il lui a faites quand ils étaient plus jeunes. Non. Il n'a plus qu'elle. Plus que Wanda. Il souffle doucement et caresse ses joues avec douceur, déposant de nouveau un baiser contre son front. Elle a sûrement besoin de repos. Ainsi, Pietro la prend dans ses bras, la portant jusqu'à son propre lit. Il la pose délicatement dessus avant de la couvrir. Il se faufile ensuite sous la couette et l'enlace. « Je suis là, Wanda. Je suis toujours là pour toi. » Murmure-t-il alors qu'il la regarde tristement. « Tu devrais te reposer, mh.. ? » Il lui annonce, un peu comme un ordre, bien que sa voix soit douce.

_________________

EXCEPTION ★ If I told you what I was, would you turn your back on me ? And if I seem dangerous, would you be scared ? I get the feeling just because, everything I touch isn't dark enough. If this problem lies in me ...  A monster, a monster, I've turned into a monster. A monster, a monster, and it keeps getting stronger. (c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Une seconde durant, j'ai cru que tu m'avais abandonnée... [Pietro ღ ] Dim 15 Nov - 18:54

HJ : oups pardon j'avais oublié de le mettre dans mes "à répondre"



Une seconde durant, j'ai cru que tu m'avais abandonnée...
« Wanda & Piétro »

Les mots de Piétro me fendent le cœur, car je le sens au plus profond de moi : le changement est en marche. Les choses avancent et évoluent pendant que je suis encore là, en arrière. Piétro a fait ce pas en avant, celui qui m’est si difficile. Celui que je n’ai pas encore le courage de faire. Le premier pas pour changer ma vie. Je me mords la lèvre inférieure et je relève les yeux pour revivre avec lui ce souvenir. Une larme coule sur ma joue. Encore une. Je n’y arrive pas. Je n’arrive pas à être forte pour lui, je n’arrive pas à cacher mes sentiments et autres émotions. Je ne suis pas tout à fait certaine d’y arriver un jour. J’ai peur, peur de cet inconnu, peur de cette vie qui m’attend où je n’ai aucuns repères. Je niche ma tête dans le creux de l’épaule de Piétro sans rien dire de plus, le laissant me bercer de ses paroles.

J’ai toujours aimé sa voix, vous savez. C’est la seule chose qui calme mes terreurs nocturnes depuis que je suis née. Il a toujours été là pour m’épaulé, toujours été là pour m’empêcher de sombrer dans cette part sombre que j’ai, qui a toujours été là et qui ne partira pas. Ma main dans son dos, je tiens son t-shirt et je me blottis contre lui. J’essaie de cacher mes larmes, mais elles sont là, et un sanglot finit par me parcourir. Je le serre contre moi comme s’il était la seule et l’unique personne au monde qui comptait à mes yeux. Quelque part, c’est un peu le cas. Tu dors avec moi ? Ma voix me parait faible en cet instant. Vraiment faible. Tremblotante. Je n’ai jamais été le genre de fille qui tremble devant les épreuves. Dans mon esprit flotte encore les premières séances de mutation. Là je n’ai pas versé une larme, et seule la douleur m’a tiré des cris. Aujourd’hui… Aujourd’hui je ne suis qu’une enfant, une enfant qui a peur de voir son monde s’écrouler. S’il te plait ? Les lits sont petits ici. Mais, en se serrant bien on devrait pouvoir s’y tenir à deux. L’un contre l’autre, bien collés. J’ai besoin, pour une fois, de contact humain.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pietro Maximoff

J'ai déjà écrit : 118 lettres. Je suis arrivé le : 27/04/2015 Mon petit nom c'est : mangue. et je ressemble à : aaron taylor-johnson. Je dis merci à : nîniel & tumblr. on me connaît sous le nom de : quicksilver / le vif d'argent, speedy gonzales, super-sonic. et je suis un : mutant ou humain génétiquement modifié, si vous préférez. Je suis du côté : anciennement avec hydra, désormais indépendant. et je travaille comme : aucun, voleur à temps pleins.


MessageSujet: Re: Une seconde durant, j'ai cru que tu m'avais abandonnée... [Pietro ღ ] Mar 17 Nov - 9:54

HJ : aucun souciiii ♥


Pietro essaie de convaincre sa sœur. Il ne l'abandonnera pas. Il tient beaucoup trop à elle. Le jeune homme ne peut pas imaginer une vie sans sa jumelle. Non. Ce serait beaucoup trop dur. Pas normal. Et … horrible à vivre. Il ne veut pas. Il faut qu'elle comprenne … Qu'elle vienne avec lui. Elle aimera sûrement Ozwald. Pas autant que lui, c'est sûr, mais il veut qu'ils s'apprécient tous les deux. Pietro souffle doucement et la regarde tristement avant que la jeune femme ne vienne se coller à lui pour un câlin rempli de tendresse. Quicksilver s'empresse alors d'enrouler ses bras autour du corps fin de Scarlett Witch. Il la serre contre lui, glissant une main dans ses cheveux, les caressant avec douceur. Pietro lui parle, lui dit des mots doux. Il tente de la calmer, de lui faire comprendre qu'il sera toujours là pour elle. Il ne peut pas l'abandonner, la laisser derrière lui. Non. C'est complètement impossible. Il se sentirait monstrueux. Il ne se reconnaîtrait plus.

Pietro embrasse son front, puis la regarde. Dormir avec elle ? Sa voix est faible et le jeune Maximoff se sent coupable. Il ne peut pas s'en empêcher. Il opine et lui caresse la joue. « Bien-sûr. Attend. » Il pousse violemment son lit contre celui de sa sœur pour avoir plus de place. Il sourit, fier et s'allonge aussitôt avant de tendre les bras. Vite. Qu'elle vienne. Une fois sa sœur dans la lit avec lui, il l'enlace et se colle à elle innocemment. Comme lorsqu'ils étaient enfants. Ils ont toujours été très proche. Aux yeux de Pietro, c'est une chose tout à fait normal. Après tout, ils sont jumeaux. Ils ont un lien sacré. Ils sont comme une même âme. Du moins … C'est ce que pense le premier né des deux Maximoff. Il caresse les cheveux de la mutée, fixant son visage. « Il faut que tu te reposes. Je reste avec toi. Je vais dormir aussi. Je ne pars pas, d'accord ? Je ne t'abandonne pas. Je t'aime Wanda. T'es ma sœur. Et je mourrais si je devais être séparé de toi. » Il pose son front contre le sien et soupire longuement, inquiet. Est-ce qu'elle pourra lui pardonner un jour ?

_________________

EXCEPTION ★ If I told you what I was, would you turn your back on me ? And if I seem dangerous, would you be scared ? I get the feeling just because, everything I touch isn't dark enough. If this problem lies in me ...  A monster, a monster, I've turned into a monster. A monster, a monster, and it keeps getting stronger. (c) P!A
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Une seconde durant, j'ai cru que tu m'avais abandonnée... [Pietro ღ ] Sam 28 Nov - 17:48

HJ : on peut le considérer fini et en lancer un autre après Ultron ?



Une seconde durant, j'ai cru que tu m'avais abandonnée...
« Wanda & Piétro »

Il est mon frère, la moitié de mon âme. Je l’aime plus que je ne pourrais jamais aimer personne, et pour lui je sacrifierais tout. Mais, pour l’heure, j’ai simplement besoin d’être rassurée. Parce que je ne suis pas sûre qu’il soit tout à fait normal ni logique qu’il parte. Ce n’était pas prévu comme ça. Ça n’a jamais été prévu comme ça. J’ai besoin de lui plus que je n’aurais jamais besoin de personne, même si je dois un jour tomber amoureuse à mon tour. Car, c’est bien ça le souci de Piétro. Il aime. Il aime quelqu’un d’autre que moi. C’est étrange comme sentiment. Et, oui : je suis jalouse de celui qui va me piquer mon frère même si je sais très bien que j’aurais toujours une place de choix dans son cœur. Je suis celle qu’il connait depuis le jour de notre naissance. Nous sommes inséparables, à la vie et à la mort. Ce n’est pas ce Ozwald qui va faire quoi que ce soit pour nous séparer. Et, il a plutôt pas intérêt à essayer, sinon il va avoir affaire à la Sorcière Rouge.

Piétro installe nos lits l’un contre l’autre et je le rejoins pour me blottir dans ses bras. C’est le seul moment où je me sens réellement en sécurité, en fait. Le moment où il me tient contre lui, avec ses bras musclés, et où j’ai l’impression que le monde entier pourrait s’effondrer, que je serais toujours là, vivante. Cela me rappelle ces jours où nous avons attendu, sans bouger, dans le noir, avec une bombe devant nos yeux. Aujourd’hui, je ne suis en sécurité qu’ici, dans ses bras. Dans les bras de mon frère.

Je m’endors au bout de quelques minutes. Je suis épuisée par mes entrainements. Épuisée par cette vie que nous menons. J’ai simplement envie de recommencer à 0. De tout effacer et de reprendre d’un œil neuf. Mais, ce n’est pas possible. Je ne peux pas revenir en arrière. Je suis ce que le monde a fait de moi, ce que les épreuves ont construit. Je suis une fille qui a vécu le pire et qui n’est pas tout à fait certaine de savoir ce qu’il va se passer ensuite.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Une seconde durant, j'ai cru que tu m'avais abandonnée... [Pietro ღ ]

Revenir en haut Aller en bas

Une seconde durant, j'ai cru que tu m'avais abandonnée... [Pietro ღ ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Une seconde durant, j'ai cru que tu m'avais abandonnée... [Pietro ღ ]» La légion Etranger pendant la Seconde Guerre mondiale (1939 - 1945)» Échanges durant le repêchage» Seconde fin : I'm Legend» Malfrats de seconde zone
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SCARS OF MIND ϟ :: 
Off the record
 :: Le cimetière :: RP terminés/abandonnés
-