AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
N'oubliez pas les postes-vacants, ils sont importants pour le déroulement de l'histoire, et très intéressants ! I love you

Partagez|

je dégueule sur la facilité des sentiments.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: je dégueule sur la facilité des sentiments. Sam 9 Aoû - 20:51



Zéhyr Ai-Lani O'Loghlin.

« démarche féline. »



« FT. ROBBIE KAY »
Zéphyr.

ϟ SURNOM(S) : Zeph'.
ϟ NOM DE CODE : Aucun.
ϟ ÂGE : Dix-neuf ans.
ϟ DATE DE NAISSANCE : Premier décembre.
ϟ LIEU DE NAISSANCE : New-York.
ϟ NATIONALITÉ(S) : Américain.
ϟ ORIENTATION SEXUELLE : Homosexuel.
ϟ SITUATION CIVILE : Célibataire.
ϟ SITUATION PROFESSIONNELLE : Encore étudiant.
ϟ RACE : Mutant.
ϟ AFFILIATION : Aucune, neutre.
ϟ GROUPE : mutants.
ϟ CRÉDITS : tumblr.
ϟ IDENTITÉ : non.
ϟ PERSONNAGE : inventé.


Me, Myself, and I

« no, no, no, no mercy. »


Caractère
Zéphyr est une personne assez manipulatrice. Généralement, les autres ne le savent pas, ne se rendent pas compte. Pourquoi ? Tout simplement parce que l'adolescent ne le montre pas vraiment. Il est assez intelligent pour savoir qu'il ne faut pas être vulgaire, ni méchant avec les autres, même si parfois, l'envie est très forte. C'est pourquoi dans sa tête, c'est souvent le foutoir. Il se pose très souvent des questions. Il tue les autres au moins six fois dans sa tête sans pour autant montrer une once de colère. Ses proches pensent vraiment qu'il est l'enfant mignon et innocent qu'il montre. Pourtant, c'est faux. Tellement faux. Totalement faux. Les humains sont stupides, de toute façon. Et Zéphyr le sait très bien. Il en a des preuves. Tellement que cela en devient exaspérant. Vous n'êtes toujours pas désintéressé de sa personne ? Alors, laissez-moi vous parlez de ce gosse ;

Devant les autres, Zéphyr est quelqu'un d'abordable et de souriant. Il est toujours là, à sourire bêtement, à rire des blagues stupides de ses proches. Il est agréable d'être avec lui ; il ne fait jamais rien contre les autres et se montre toujours à l'écoute. Oh oui, toujours. Cela pourrait un jour lui servir, qui sait ? Il peut facilement se montrer amusant et bavard. Il n'a pas sa langue dans sa poche et est toujours en train de parler ; que ce soit en cours ou même lorsqu'il est à table. Les autres le considèrent comme une personne amicale, attentionnée et câline. C'est vrai. Il aime faire des câlins à ses proches, ses amis. Mais ce côté de sa  personne est un plus. Un misérable plus qui prouve qu'il est un humain comme les autres. C'est un gamin complexe, mais seulement pour lui-même, pour son esprit. Après tout, personne ne sait qui se cache derrière ce masque si innocent et enfantin, pas vrai ? Il se montre chaleureux et compatissant avec n'importe qui. Il reste gentil et persévérant en toute circonstance ; après tout, il y trouve plus d'avantages. Patient, il peut rester plus d'une heure à attendre quelqu'un, juste en regardant ses pieds. Après tout, il pense beaucoup ; que ce soit en rapport avec ses cours ou avec le dernier film qu'il a vu. Il a toujours quelque chose à laquelle penser. Il lui arrive de sortir quelques phrases philosophiques de temps en temps, mais personne ne sait d'où il les sort. Seul Zéphyr le sait. En effet, lorsqu'il est tout seul et qu'il n'a rien d'autre à faire, il lit des livres. Qu'ils soient pour enfants ou pour adultes, il s'en fiche ; tant que le temps passe et que l'heure de manger arrive plus vite. Zéphyr montre aux autres une image mignonne en toute circonstance, même quand on l'embête ou qu'on lui fait des menaces. Il a un sang froid sans limite (ou presque), même si l'adolescent est conscient qu'une personne en particulier lui fait perdre ce soit-disant sang froid, et cela l'énerve. Fortement. Cela en devient même déroutant pour le jeune O'Loghlin. Stratège et logique, il peut piéger n'importe qui avec des hypothèses extrêmement compliquées. Parfois, il se demande même d'où il sort toutes ces choses, mais finalement, il s'est habitué au fait qu'il possède un Q.I supérieur à la moyenne. Après tout, cela se montre très bon pour lui. Il n'est pas vraiment studieux, mais il garde toujours une oreille attentive en cours. Après tout, il veut réussir dans la vie, même s'il n'a aucun rêve. En effet, tout ce qu'il veut, c'est s'amuser. S'amuser jusqu'à n'en plus pouvoir. « On a qu'une vie. » Oui, en retenant tout cela, on pourrait penser que Zéphyr est vraiment un bon garçon. Qu'il est respectable et qu'il est blanc comme la vierge. Mais n'y penser pas une seule seconde, après tout, nous avons tous une face cachée. Même si souvent, c'est malgré nous.

Pourtant, Zéphyr le sait. Il cache son vrai visage à tout le monde. Il se sert de son visage poupard et de ses joues d'hamster pour faire croire aux autres qu'il est un adolescent naïf, mignon et innocent, mais il n'est presque rien de tout cela. Oui, il n'est ni naïf, ni innocent. Il a beau dire qu'il ne voit pas où veulent en venir les autres, il comprend en réalité très bien. Faire le stupide, c'est bien. Pour lui seulement. Ce n'est que pour son intérêt, après tout. En réalité, Zéphyr s'avère être un enfant borné et calculateur. Lorsqu'il veut quelque chose, il l'obtient, c'est aussi simple que cela. Une vraie peste au masculin, sans pour autant que quelqu'un le sache. Oui, encore une fois, cet enfant cache très bien son jeu. On pourrait même dire de lui qu'il est diabolique, quand on sait qu'il est en réalité, manipulateur et qu'il n'est qu'un fabuleux acteur cachant son réel caractère. Il est assez énigmatique, quand il s'y met et les gens ont parfois du mal à le comprendre, mais c'est seulement parce qu'il le veut bien, évidemment. Il est assez joueur avec autrui. Mais dans le sens sympathique. Dans le sens où il manipule certaines personnes pour ses propres intérêts. Après tout, qui dirait non à une bouille si mignonne ? Peu de gens, croyez-moi. Et il en a conscience, le fourbe ! Maniaque de la propreté physique, il fait partie de ces personnes faisant attention à leur physique. Il prend au minimum deux douches et se brosse trois à cinq fois les dents chaque jour. Cela pourrait être pris comme une sorte de toc, mais le jeune O'loghlin en a conscience, alors c'est normal. Enfin, pour lui. Il est aussi très rancunier et retient chaque personne lui faisant des coups bas. Zéphyr est également sans gêne. Après tout, sa fausse innocence le lui permet parfaitement. Quand on lui dit qu'il ne doit pas se trimballer presque entièrement dévêtu à la maison, il fait semblant de ne pas comprendre pourquoi, tout en souriant innocemment. Il est également très têtu. Pour terminer, je vous dirai que Zéphyr est un fanatique de la procrastination. Il fait partie de ces personnes qui peuvent rester des heures allongées dans leur lit à fixer le plafond tout en pensant.




Capacités
Zéphyr a des prémonitions, mais pas n'importe lesquelles. Il voit les meurtres qui vont se produire dans les trois-quatre kilomètres qui l'entourent, même s'il ne voit pas tout. Son pouvoir se déclenche tout seul ; il ne le maîtrise pas et ne cherche pas vraiment à le maîtriser et parfois, il lui arrive d'être complètement faux. Mais c'est normal. Après tout, le destin est quelque chose de peu sûr et le futur change tout le temps.
Zéphyr est assez touché par son pouvoir. C'est un mutant qui déteste en être un. Après tout, voir des gens mourir alors qu'on est pleins contrôle de marketing ou que l'on est dans son bain, ce n'est pas vraiment super.
Sans cela, Zéphyr est tout à fait normal. Il se blesse, il tombe malade, il est mortel. Et évidemment, il ne sait pas se battre. C'est un humain tout à fait banal, si l'on oublie son don.


This is who I am

« bad children. »


Novembre 1998 (+) Le cadet des O'Loghlin vient de partir hors de sa chambre en hurlant, les larmes aux yeux. Son frère le poursuit en hurlant son nom, mais l'enfant ne s'arrête pas pour autant ; il a une idée derrière la tête. Les deux frères font souvent beaucoup de bruit et la maison n'est presque jamais calme. Mais c'est tout simplement parce que les deux enfants n'arrivent pas à cohabiter ensemble. C'est assez bizarre, pour des frères, mais ils ont toujours été ainsi. En fait, depuis que Zéphyr sait parler. Depuis que son premier mot a été « Zayn ». N'allez pas vous dire que cela passera, non. C'est impossible. L'aîné est bien trop jaloux de son cadet pour l'apprécier. Et le plus jeune est bien trop mignon pour se faire crier dessus. Il en joue. Même pas trois ans et il sait déjà qu'avec sa bouille de bébé, il pourra faire ce qu'il veut. Zéphyr arrive très vite dans le salon, de la morve coulant de son nez rosit par le froid de l'hiver. Il se jette dans les bras de son père, pleurant à chaude de larmes. Ce n'est que de la comédie. Son frère lui a juste fait une pichenette sur le nez. Mais rien que ça, il ne peut pas le supporter. « Papa ! Zayn m'a frappé ! Regardes ! Mon nez est tout rouge ! » Dit-il en pointant son nez du doigt tandis qu'il se mord la lèvre inférieure. Zayn arrive peu de temps après, jetant un regard noir à son cadet. Ce qu'il peut l'énerver, ce gosse. Il n'a que six ans et pourtant, il n'arrive pas à s'entendre avec son petit frère. Jamais. Jamais il ne lui a sourit. Jamais il ne s'est laissé prendre dans les bras de son aîné. C'est pourquoi Zayn est méchant avec lui. Pourquoi il tente d'attirer son attention avec n'importe quoi ; une bousculade, une insulte, une grimace. N'importe quoi tant que le cadet lui porte de l'attention. Même si cela veut dire qu'il se fera crier dessus ensuite. Il aimerait avoir la relation qu'ont les autres avec leurs frères et sœurs. Pourquoi diable ne peut-il pas l'avoir, hein ? Il ne le sait pas. Et cela l'affecte énormément. « Zayn ! Pourquoi tu l'as frappé ? » Hurle le plus vieux des O'Loghlin, le visage énervé tandis qu'il caresse tendrement les cheveux de son plus jeune fils. « C'était juste une pichenette papa ... rien de bien méchant ... » Se défend-il, même s'il sait que c'est déjà trop. « Tu sais que ton frère est sensible ! Va dans ta chambre ! Tu es puni ! » Conclut le seul adulte présent dans la pièce. Zéphyr renifle bruyamment. Il n'a pas vraiment conscience que le fait d'avoir de la morve qui coule du nez et les yeux gonflés d'avoir trop pleuré le rend affreux, mais il a bien conscience d'une chose ; il peut faire ce qu'il veut tant qu'il reste mignon devant les autres.

Février 2002 (+) La famille O'Loghlin est réunie à l'hôpital de New-York, la ville où ils ont emménagé il y a un peu plus de trois mois. Le père des deux enfants s'est fait tirer dessus. Rien de très grave, il est seulement blessé au bras, mais c'est assez pour inquiéter toute sa famille. Zayn s'approche lentement de son père pour lui demander s'il va bien tandis que Zéphyr se mord la lèvre inférieure avec force. Il a beau faire semblant d'aimer son frère, son père compte beaucoup pour lui. Il n'aime pas son métier ; être policier est trop dangereux pour son géniteur, il le sait, il en a conscience ; il en a la preuve devant lui. Il renifle bruyamment avant que son père ne lui fasse signe d'approcher, ce que fait immédiatement le plus jeune des deux enfants présents dans la pièce. « Dis papa, tu ne vas pas mourir, hein ? » Demande-t-il, même s'il connaît déjà la réponse. Son père rit faiblement avant de lui ébouriffer les cheveux. « Mais non ! Mais non ! Ce n'est qu'une simple blessure, ton vieux père a connu bien pire, tu sais ! Demain, je serai de retour à la maison et pourra de nouveau jouer aux jeux vidéos tous les deux ! » Répond-il pour le consoler et le réconforter. L'enfant hoche de la tête avant de sourire innocemment. « Oh ! C'est trop bien ! Je vais m'entraîner jusqu'à demain pour pouvoir te battre, alors ! » Dit-il en frappant dans ses mains, heureux. Ses parents sourient tandis que son frère hausse des sourcils. Il n'y en a que pour lui. Que pour son cadet. Tout ça parce qu'il est plus mignon et plus intelligent.

Décembre 2005 (+) Voilà maintenant dix ans que Zéphyr est né. Il fête son anniversaire avec toute sa famille ; grands-parents, tontons et tantes, cousins et cousines compris. Tout le monde est là, ou presque. L'enfant s'approche de son frère avant de lui sauter dessus pour monter sur son dos, ce dernier lâchant un cri de surprise. « Zayn ! Zayn ! Tu ouvres mes cadeaux avec moi, pas vrai ? » Demande-t-il innocemment. Oui. Depuis qu'il a sept ans, tout le monde pense qu'il s'entend parfaitement avec son aîné. Zayn a accepté de faire semblant de bien l'aimer pour que leurs parents soient fiers d'eux, ainsi, aucun des deux ne peut dire quoi que ce soit sur le comportement de l'autre, même si cela les démangent fortement. « Bien-sûr ! Allez ! On y va ! » Répond l'aîné en souriant du mieux qu'il le peut. Très vite, ils arrivent devant les cadeaux et les deux frères commencent à ouvrir chacun cadeau pour voir ce que les paquets contiennent. Tous les cadeaux se ressemblent légèrement. Des jouets pour enfants ; un ballon de football, un skate-board, des pistolets à billes et pleins d'autres choses inutiles, mais que les gosses apprécient fortement. Puis, vient le dernier cadeau ; celui des parents de Zéphyr. Il est grand. Plus grand les autres. Et lorsqu'il est finalement découvert, l'enfant ne peut s'empêcher de sautiller partout en hurlant que c'est le plus beau jour de sa vie. Et ça l'est. Il ne ment pas. Depuis le temps qu'il en rêve ; une guitare ! Il est heureux. Ce n'est pas qu'une simple illusion, comme les séries veulent le montrer, non. C'est réel, cette fois. Et lorsque tous les adultes prennent l'apéro et que les enfants jouent dans le jardin, Zéphyr s'occupe dans sa chambre ; il tente quelques accords, même si pour le moment, rien de ce qu'il fait ne ressemble à de la musique.

Novembre 2007 (+) Zéphyr est dans le bureau du directeur avec ses parents. Sa lèvre supérieure est retroussée pour montrer son agacement. Il boude. Il est énervé. Depuis quand est-ce que l'on peut dire que lui, a une Q.I supérieur à la moyenne ? Ce n'est pas vrai. Il ne veut pas sauter une classe. Il n'a pas envie. Il est bien là où il est. Il a ses amis. Ses connaissances. Il n'a besoin de travailler beaucoup pour comprendre. Il a sa place attitrée. Non ! Impossible qu'il saute de classe. Jamais. « Alors, Zéphyr, qu'en dis-tu ? » Le pré-adolescent se mord la lèvre inférieure tandis qu'il secoue la tête négativement. « J-je ne veux pas … je préfère rester au même niveau que les autres de mon âge. S'il vous plaît. » Dit-il avec une voix qui se veut tremblante. Histoire de bien le mettre dans l'embarra. Son père soupire longuement. Il aurait bien aimé que son fils saute d'une classe, mais s'il ne veut pas, alors ce sera non. Il sait très bien que Zéphyr ne changera pas d'avis ; son fils a beau être mignon et gentil, il reste néanmoins têtu. « Alors, ce sera non. Nous déclinons votre offre, monsieur le directeur. Je suis navré. Mais le bienêtre de mon fils passe avant tout. Et s'il dit qu'il ne se sentira pas à l'aise avec des personnes plus âgées, alors je lui donne raison. » Annonce le père du jeune O'Loghlin, sur un ton neutre. Le garçon sourit faiblement avant de faire un bref signe de tête à son père pour le remercier silencieusement. C'est super. Il a gagné. Il ne sautera pas de classe ; heureusement pour lui. Il ne veut pas ; il n'y va pas. C'est comme ça.

Févier 2011 (+) La famille O'Loghlin est à la gare, regroupée autour du plus vieux des enfants. Il sourit, fièrement. Il a enfin réussi à négocier d'aller étudier à Séoul, loin de son frère, loin de ce gamin énervant. Il enlace ses parents, puis Zéphyr, même si pour ce dernier, c'est à contre coeur. Le cadet donne une légère tape sur le torse de son aîné, souriant tristement. « Zayn, tu vas me manquer ! Fais attention à toi, là-bas, et il faut que tu me donnes des nouvelles au moins deux fois par semaine, hein ! » Dit-il, même s'il ne pense aucun des mots qui sortent de ses lèvres. Zayn lui ébouriffe les cheveux, souriant tendrement. « Ne t'en fais pas, Zéph', je n'oublierai pas ! » Dit-il avant de se retourner, de prendre ses valises et de monter dans le train. Zéphyr fait mine de renifler pour faire croire qu'il est réellement triste, alors qu'intérieurement, il sourit. Intérieurement, il est refait, il fait la fête, il saute de joie, il hurle sa bonne humeur. C'est un problème en moins. Il sera plus tranquille, maintenant.

Juin 2014 (+) La vie est tellement bizarre. Cela va fait deux ans qu'il a découvert son pouvoir. Voir les meurtres. C'est franchement pas cool. Il en a parlé à son père, pour connaître son avis et même si au début, celui-ci ne l'a pas cru, il a fini par voir la réalité lorsqu'il entendait son fils se réveiller en criant la nuit. Et de toute façon, comment ne pouvait-il pas y croire après tout ce qu'il s'était passé récemment ? Cette histoire d'Avenger et de Chitauris l'avait complètement abasourdi, plus que celle des mutants à laquelle il préférait ne pas croire. Zéphyr a été plus touché par toutes ces histoires, bien que peu impliqué. Son pouvoir s'était déjà déclenché et il avait vu des tas meurtres. Trop peut-être pour son jeune esprit, mais au final, il s'y est habitué. Il prend cela comme une responsabilité et fonce souvent tête baissé pour éviter des meurtres, se mettant en danger lui-même malgré son égoïsme et son côté manipulateur, il déteste l'injustice. Sûrement est-ce à cause de son père ; policier. C'est pourquoi avant de se lancer, il prévient avant tout son père, pour qu'il vienne le plus vite possible à l'endroit indiqué avant de ralentir la scène vue dans sa tête quelques minutes plus tôt. C'est un fardeau et il déteste ça. Mais il ne le dira jamais. Et puis, n'oublions pas cet énergumène bien bizarre qu'il a rencontré plusieurs fois à cause de ses visions. Combien de fois a-t-il tenté de l'empêcher de tuer des gens ? Des tonnes. Mais ce ... peut-on vraiment appelé cela un homme ? Non. Cette machine à tuer était bien trop forte. Seulement, cela fait quelques temps qu'il ne le voit plus dans sa tête. C'est assez perturbant. Zéphyr en est presque obsédé ; peut-être un peu trop curieux. Il voulait à tout prix savoir pourquoi il était comme ça, pourquoi il était froid et qu'il l'ignorait et ne le tuait pas alors qu'il faisait tout pour l'empêcher d'accomplir ses missions. Oui, finalement, Zéphyr en est devenu obsédé et le simple fait de ne pas savoir comment l'approcher maintenant qu'il semble avoir disparu de la population le déroute énormément.




mangue. dix-sept ans. en première année de bts. travaille chez mcdo. fanatique des marvels, harry potter et star wars. geek chérissant son pc plus que tout. amoureuse des peluches, des chats, des chiens et des rats.

Revenir en haut Aller en bas

je dégueule sur la facilité des sentiments.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» « Je dégueule sur la facilité des sentiments. » (Elena.)» Désillusionnée avant l'âge, je dégueule sur la facilité des sentiments. » Hell» Pyper P.✝Je dégueule sur la facilité des sentiments.» Ft. Soo Yoong ; la facilité des sentiments» Coup de gueule
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SCARS OF MIND ϟ :: 
Off the record
 :: Le cimetière :: Fiches de présentation
-