AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
N'oubliez pas les postes-vacants, ils sont importants pour le déroulement de l'histoire, et très intéressants ! I love you

Partagez|

Through the time (Tasha)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Through the time (Tasha) Lun 19 Jan - 22:16

Through the time
Miguel O'Hara & Natasha Romanoff



"Tu ne restes jamais qu'un misérable insecte!" Je grimace sous le masque. L'une de ses tentacules métalliques m'enserre de ses pinces. Un nouveau violent choc électrique traverse chaque partie de mes membres. Elle affiche un rictus satisfait et sadique avant de m'envoyer valser dans l'un des recoins du laboratoire. Mon corps s'écrase contre le mur. Je retombe presque sans vie sur le sol. Elle me tourne le dos et ne m'accorde plus aucune attention. Rien ne semble compter plus que son portail… Et je dois reconnaître qu'elle a presque raison de ne plus m'accorder son regard. J'ai l'impression d'être paralysé, à bout de force. Non pas que je ne suis pas entraîné pour traverser ce genre de situation, ou même ce genre de combat. Seulement, ses bras mécaniques sont parvenus à me surprendre plus d'une fois. Et chacun des électrochocs qu'ils m'ont infligés ont réduit mes forces presque au néant! Mais je ne peux rien lâcher. Je ne peux pas abandonner, encore moins que les autres fois. Une main au sol, le corps qui se redresse à moitié tandis que mes autres phalanges se posent comme par réflexe sur mon buste, mon visage se lèvre à hauteur de la silhouette de Lady Oak. "Trainer! Arrêtez ça tout de suite, ou ça va être un véritable désastre!" Elle ne semble pas m'écouter. Elle m'ignore volontairement, à un point tel que je devine sans difficulté le rictus moqueur et désintéressé qui doit prendre possession de ses lèvres. "Vous jouez avec des forces qui vous dépasse! Touchez au temps et aux dimensions, et c'est l'univers tout entier qui peut s'écrouler!" Un mouvement rapide et brutal d'un de ses bras me prend de nouveau de court. Je n'ai pas le temps, ni l'énergie pour l'éviter. Je me retrouve une fois de plus envoyé dans un recoin comme une vulgaire poupée de chiffons. Elle se retourne. Son regard, autant que ses tentacules, tournent leurs yeux vers moi. Le portail est activé. J'ai l'impression qu'il est trop tard bien que tout n'est pas encore joué! "Spiderman… Toi le héros de Nueva York… Tu ne comprendras jamais l'ampleur de ce qui se joue ici-même! Tu ne comprendras jamais que je me moque de cet univers…" Ses bras mécaniques se plantent dans le sol. "Car bientôt…" Son corps est hissé dans les airs, tel celui d'un prophète, d'un messie. "JE SERAI L'UNIVERS!!!" Ses bras s'étendent pour mimer le triomphe. Un regard porté vers le haut plafond du laboratoire, m'offrant un créneau de furtivité. Pourtant, je ne bouge pas réellement. Me remettant difficilement debout, je glisse une main dans ma tunique. "Je serai la source de toute une réalité qui m'appartiendra, qui se tiendra et se prosternera dans le creux de ma main! Ce que vous appelez univers s'éteindra sous la faiblesse des Hommes et de leur rationalité face à la puissance de mon univers virtuel!" C'est ça, continue ton blabla de mégalomane perturbée. J'agrippe plusieurs 'spiderbombes' tout en usant de ma volonté pour retrouver un minimum de force. "Ton univers virtuel n'a pas plus de valeurs que tes lubies insensées, Trainer!" Je disperse mes petits explosifs d'un large mouvement de bras à travers les quatre coins du laboratoire. Mon objectif? Ses panneaux de contrôle et les systèmes commandant l'ouverture de ce satané portail!

Les explosions se succèdent. Tout s'est passé vite, très vite… Trop vite! L'effet de surprise m'avait permis de prendre l'ascendance sur cette Lady Octopus et, alors que je la bloquais contre une console, je sentais déjà l'énergie de son portail interdimensionnel devenir on ne peut plus instable. La meilleure issue? Il disparaîtrait aussi 'simplement' qu'il était apparu. L'hypothèse la plus pessimiste? Une implosion gigantesque qui détruirait l'entièreté de ce laboratoire, de cet étage, voir même de tout un pan d'Alchemax, m'entraînant avec elle dans une mort inévitable. "Espèce de malaaaaaaaade! Tu n'as même pas idée de ce que tu viens de faire!" Ma main sur sa gorge, un petit rire s'étouffe dans mon masque. "À force de me confronter à des cinglés dans ton genre, il faut bien improviser pour ensuite penser aux conséquences!" Ce n'était que pur mensonge bien évidemment. Je ne menais jamais l'assaut sans étudier les risques, sans établir un rapide calcul de probabilité. Malheureusement, l'urgence de cette situation sans précédent ne m'avait nullement permis de procéder à ce petit rituel. Advienne que pourra! Au moins j'aurai la satisfaction de l'avoir mise en échec sans que cela n'affecte ce monde, cette réalité… Ou toute autre partie de l'univers! Ce que je n'avais nullement imaginé cependant, ce fut cette force d'aspiration que dégagea le portail. Me repoussant par le mouvement de ses tentacules, Lady Oak se libéra de mon entrave, me bloquant entre elle et le portail. "Il n'est pas encore trop tard…" Ses poings se serrèrent alors que je devais multiplier les jets de toiles pour me maintenir dans cette pièce sans me faire aspirer. "Puisque tu ne veux pas céder, ni mourir dans ce monde, je t'enverrai pourrir AILLEURS!" Sous l'impulsion de son cri, ses bras métalliques saisirent différents objets pour me les balancer férocement. Une pluie d'obstacles que Spiderman aurait tout simplement géré avec grâce et élégance en temps normal. Mais l'aspiration était trop forte. Je peinais à me maintenir de par mes toiles. Je me penche. Je me courbe. J'évite tant bien que mal. Mais le coup de grâce surgit par l'une de ses griffes tentaculaires qui m'assène, à la volée, une violente décharge électrique sur le crâne. Je ne sens plus rien. Il n'y a plus rien. Je viens de perdre le combat…

Tout n'était que néant. Le noir qui m'entourait parvenait à me faire douter. Étais-je dans l'inconscience totale? Étais-je éveillé mais aveugle de tout ce qui pouvait m'entourer? Ou bien avais-je péri, attendant dans l'obscurité des limbes que l'on appelle afin d'être confronté au purgatoire? Impossible à dire! La seule chose que je pouvais clairement ressentir, c'était cette forme d'énergie qui entourait mes chevilles et mes poignets, comme si l'on m'emprisonnait, comme si l'on veillait à ce que je n'échappe pas à cette force qui m'entraînait je ne sais où… "Espèce de morveux… P'tite fiotte!" Cette voix m'était familière. Mais pourquoi résonnait-elle dans ma tête? "Tu crois jouer les héros avec ton mètre 20?" C'était insensé, sans avoir l'image, j'avais la sensation de revivre cette scène que je connaissais plus que parfaitement bien vu le nombre de fois où elle s'était répétée. J'entends les cris de ma mère. Ceux de mon père. Je ressens la colère de savoir qu'il la repousse avant qu'il me batte avec la lanière de sa ceinture. "Tu sais, un de ces jours, faudra que t'apprenne à devenir plus courageux et à faire face… Après tout, ce n'est pas aux nanas de protéger les mecs!" Sa malice, son espièglerie et la légèreté dans le ton de sa voix. Pourquoi me disait-elle ça maintenant? Et pourquoi étais-je face à un souvenir aussi lointain? Quitte à choisir, j'aurais préféré entendre la voix de Xina qui m'appelle, qui essaie de m'attraper pour me ramener dans notre chez nous. Ca n'avait aucun sens! Mon père, ma mère, ma fiancée… Mais pourquoi?! "Je te hais Miguel! Je veux plus jamais te voir!" "Je suis désolée que ça se passe comme ça, Miggy…" "Mon frère, toi, mon propre frère!" Successivement, mon cœur s'accélérait pour revivre à tout rompre mon engueulade avec Gabriel, mon histoire avec Dana. Une sorte de fil conducteur me faisait revivre des souvenirs forts, tantôt heureux, tantôt poignants mais tous avec une haute charge émotionnelle. Ma première lutte contre le Vautour y passa également, en même temps que cette nuit qui changea à jamais mon existence. Le sourire maléfique de ce Bouffon du futur, prenant la vie de la femme que j'avais aimé plus que la vie et plus que l'amour même. Les blessures de mes batailles. Les fêlures de ma lutte contre Alchemax. La toute puissance arrogante de Tyler Stone. Les nombreuses morts que j'ai frôlé avec le Public Eye à mes trousses. L'accolade poignante de mon frère lors de la mort de Dana. Le retour de Xina. Le poids de mes secrets. Les violences de l'affrontement contre Lady Octopus. Tout défilait dans mes yeux dans un ordre cohérent avant de s'entremêler à une vitesse pétaradante. Des flashs. Forts, trop forts, douloureux. Je commençais à vouloir débattre au cœur de ce néant. Une sensation de torture ne durant qu'une seconde se mêla à l'image d'une éternité de heurts et de tourments psychologiques. Mes bras, mes pieds, mes mains. Chaque partie de mon corps s'agitait vivement dans le vide afin de faire paraître toutes ces ombres que je ne parvenais même pas à discerner de mes propres yeux. "Non, arrêtez… Arrêtez… ARRÊÊÊÊÊÊÊÊTTTTTTEEEEEEEEEZZZZZZZZZ!!!"

Une nouvelle aspiration prend possession de ce corps que je ne maîtrise plus. J'entends comme un bruit sourd, semblable à celui d'un frottement lointain avant que tout ne devienne brusquement lumineux. Trop lumineux. Je sens mon corps qui tombe et qui, instinctivement, essaie de se réceptionner à l'aide d'un salto arrière. Résultat des comptes? Je sens deux masses être entraînées dans mon mouvement avant que je ne finisse lourdement sur le sol. Je geins. Des soupirs et une respiration lourde, saccadée. Étrangement, mes oreilles se mettent à bourdonner comme si j'avais été trop près d'une grenade étourdissante. Ce fin son aigu qui siffle dans vos tympans après une présence trop longue près des baffles d'un concert à tout rompre. Celui d'une explosion dont vous étiez trop proche et qui vous fait perdre tout repère et tout sens de l'orientation. Je n'arrive pas à discerner un seul son de manière nette et concrète. Mains au sol, je peine à pousser sur mes bras pour redresser mon buste. La tête se relève mais je vois une grosse source lumineuse qui m'aveugle. Seules des formes et des silhouettes semblent s'agiter devant moi. Est-ce qu'ils sont vivants? Est-ce que ce sont des gens? Qui sont-ils? Je suis incapable de réfléchir car mon esprit est encore sous le choc. Il ne me faut pas plus d'une seconde pour que mon corps s'écroule à nouveau face contre terre. "Non… Arrêtez… Arrêtez…" Répétais-je dans un faible murmure plaintif comme si je demandais supplication face aux révolutions manifestées dans mon esprit. Où étais-je? Je l'ignorais totalement. Où avais-je atterri? Telle était la question! Mais, et surtout, que diable s'était-il passé?! Une interrogation qui, sans même que je le sache, s'avérera it être le prémisse de cette toute nouvelle aventure…
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas

Through the time (Tasha)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Through the time (Tasha)» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008» Session time out...» Damon Moon - "It's time to forget about the past"» 08. Remember that time is money - Benjamin Franklin
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SCARS OF MIND ϟ :: 
Off the record
 :: Le cimetière :: RP terminés/abandonnés
-