AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
N'oubliez pas les postes-vacants, ils sont importants pour le déroulement de l'histoire, et très intéressants ! I love you

Partagez|

#Agent 13 au rapport

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: #Agent 13 au rapport Mar 11 Nov - 12:43



Sharon Carter

« She is no ordinary female -- She is an Agent of S.H.I.E.L.D.! »



« FT. Emily Vancamp »
Agent 13

ϟ NOM : Carter
ϟ PRÉNOM(S) : Sharon
ϟ SURNOM(S) : Sha
ϟ NOM DE CODE : Agent 13
ϟ ÂGE : 27 ans
ϟ DATE DE NAISSANCE : 21 Février 1987
ϟ LIEU DE NAISSANCE : Richmond en Virginie USA
ϟ NATIONALITÉ(S) : Américaine
ϟ ORIENTATION SEXUELLE : Hétérosexuel
ϟ SITUATION CIVILE : Célibataire
ϟ SITUATION PROFESSIONNELLE : Ex agent du SHIELD - Agent de la CIA
ϟ RACE : Humaine
ϟ AFFILIATION : Le Bien
ϟ GROUPE : Civilians
ϟ CRÉDITS : Joh.a
ϟ IDENTITÉ : Publique
ϟ PERSONNAGE : Marvel


Me, Myself, and I

« JE N'AI ENVIE DE TUER PERSONNE. JE DÉTESTE LES OPPRESSEURS, QUELLE QUE SOIT LEUR ORIGINE. »


Caractère Vous parlez de moi ? Ce n’est pas trop mon caractère mais… il le faut. Comme tout le monde je suis passé par les fameux psychologues du Shield. Je suis une jeune fille douce, souriante, gentille, bienveillante envers ma famille comme mes amis, mes collègues tout comme les inconnus. Courageuse et battante je déteste l’injustice et je prête toujours secours aux gens qui en ont besoin, ainsi que solidaire. Je porte beaucoup d’attention à ma famille, à la famille en général, à l’amitié. Je suis une fille pleine de valeur et je suis engagé dans ce que je fais, ce que je pense et ce que je dis. Même sous mes aires amusantes, toujours en train de faire le pitre, rire et m’amuser, espiègle. Je suis dans le fond quelqu’un de très réservé, empathique, curieuse, pas seulement au travail mais dans ma vie de tous les jours. Je vous semble un peu gamine non ? Mais quand je suis au boulot je suis sérieuse et professionnelle. Pourtant ne vous fier pas à l’apparence je suis peut-être une jolie minette qui vous parait sensible, sentimental et gentille même si je le suis. J’ai aussi un sacré caractère ! Rancunière, mais jamais longtemps boudeuse, taquineuse, j’aime bien chercher la petite bête pour m’amuser. Attention à vous je suis têtu, obstiné. Et une sacrée dur à cuir ! Je suis une battante et je ne lâche pas facilement l’affaire. J’ai une fidélité et une loyauté à toute épreuve pour ceux en qui j’ai confiance et mon pays, bien sûr je suis patriotique, je crois dans le fond en l’Amérique. Dans la vie privée, ou du moins sentimental ? Je suis un brin timide, je suis bien trop sentimental et un peu de fierté aussi pour me dévoiler trop rapidement. Je manque d’assurance et de confiance en moi. Pourtant je me sens bien mieux avec une arme dans les mains… aller savoir pourquoi. Une chose m’habite ça c’est sûr le doute, toujours le doute. De faire les choses bien dans mon boulot, d’être honnête entre moi-même et mon boulot entre ce que je pense et ce que je fais. Malgré ma détermination dans ce que je fais j’essaye toujours d’être en adéquation entre ce que je suis et mon devoir. Je n’y peux rien c’est le sang des Carter qui coule dans mes veines et les ordres s’ils me semblent sans valeur je les détournerai par principe.




Capacités Sharon est une humaine tout ce qu'il y a de plus normal. Elle ne possède aucun pouvoir. A l'inverse elle possède comme tout agent du SHIELD des aptitudes hors normes qui ont fait qu'elle a été retenu pour faire parti de l'organisation.

Carter fait parti de la section d'élite d'Agent du SHIELD considéré comme dans les services plus secret, malgré que son badge doit de niveau 7, officieusement elle est dans les services spéciaux de Fury et a accès à des données de niveau 8 et 9, mais ça... c'est justement "secret".

♦ Intelligence : 3/7
Brillante, bonne stratège, douée en informatique (spécialiste d'HYDRA), piratage, et déjouer les systèmes de sécurité. Son intelligence est aussi démarqué dans l'espionnage, infiltration, vol d'information.
♦ Force : 2/7
Entrainement intensif constant, cela représente la force d'un soldat entraîné.
♦ Vitesse : 2/7
Souplesse et une dextérité d'un niveau athlétique
♦ Endurance : 2/7
Niveau d'un soldat entraîné.
♦ Capacité de combat : 4/7
Très bonne combattante, niveau élite, elle est surtout talentueuse dans les arts martiaux de corps à corps et au tir avec un fusil Sniper. Vu son jeune âge, elle n'a pas eut de formations plus poussées. Mais elle manie aussi les armes blanches, improvisées, armes légères (pistolet) et d'épaules (fusil, mitraillette) comme tireuse d'élite mais n'utilise pas les armes lourdes. Elle n'utilise pas les explosifs non plus. Elle est également une excellente pilote.


This is who I am

« Le monde a tellement changé, ce qui est passé est passé. Et pour bien faire parfois la meilleure solution c'est de tout refaire. »


PROLOGUE:

« Assiste ton frère, qu'il soit oppresseur ou opprimé.S'il est oppresseur, empêche son oppression et de cette façon tu l'assisteras »
Mahomet

Mon existence n'a pas commencé il y a vingt-sept ans. Elle date de bien plus longtemps elle a commencé avec Margaret Carter dans les années 40. Vous me direz oui, mais sinon? Margaret alias Peggy c'est ma grande tante. Elle était avec le Capitaine America jusqu'au dernier moment. Pourquoi je vous raconte ça? Car sans elle je ne serais pas ce que je suis actuellement. Sans elle, sans son histoire, ses paroles, ce qu'elle m'a appris je ne vous parlerais pas aujourd'hui. Elle représente tellement pour moi, et m'a appris tout ce que je sais, sur le monde, sur notre passé. Sur lui.

Je suis née dans le Richmond, le 21 Février 1987. D'une famille de riches industrielles virginiens. Mon père Harrison Carter est le PDG de l'entreprise familiale d'informatique CarterCompagny. Cette entreprise fut créée par mon grand-père Stanley Carter le jeune frère de Peggy. Il travail lui aussi pour le SHIELD et avec le fameux Howard Stark, les débuts de l'informatique et des grands progrès via l'électricité et l'énergie - mes amis! Amanda, ma mère est une jeune femme tout à faire convenable, elle vient de l'Illinois, de parent qui travaillent dans l'immobilier,assez riche là aussi. Je suis naît avec un patrimoine déjà bien envahissant entre argent, entreprise. Je n'étais pas encore née que l'on m'avait déjà tracé mon éducation, je serais la futur PDG de l'entreprise de mon père... de l'entreprise familiale avec mes cousins et cousines mais personne ne se douterait que ma vie prendrait un tout autre tournant.

CHAPITRE I:

« À 8 heures tapantes. Surtout, ne soyez pas en retard. Compris ? »
Peggy Carter

Vous parlez de ma famille, c’est avec un réel plaisir que je vous en parlerais. Il y a tellement de chose à dire, à raconter. Il faut dire aussi que notre famille en enlevant le côté riche et pittoresque est nombreuse. Même si ma grande tante n’a pas eu d’enfant, mon grand-père n’a pas eu que mon père. J’ai aussi une tante et un autre oncle. Ainsi que des cousins. A mon plus grand regret je n’ai pas de frère et de sœur. J’aurais aimé protéger quelqu’un, oui me faire protéger par un grand frère ça aurait été trop pour moi, j’ai bien trop de fierté pour ça… oh après tout ça aurait peux être amusant à l’école. Mes parents sont des gens aimant, qui place beaucoup d’espoir et d’amour en moi. Ils m’élèvent dans l’amour du prochain, les valeurs familiales. Ce que j’ai toujours apprécié, énormément c’est que même en étant né dans un palais de verre mon père a toujours su garder la tête froide et être humble avec les gens. Il ma inculquait ce genre de valeur. Rester proche des autres, l’argent ne doit jamais crée une différence entre les hommes. J’aime mon père, c’est un homme bien, je l’admire beaucoup. Depuis que je suis une petite fille, il essaye toujours de trouver du temps pour rester avec moi et maman. On va tous les dimanches à l’église et on passe du temps à aider les plus démunis qui sont dans le besoin. Ma mère ? Oh nous vous n’inquiétez pas je l’aime tout autant. C’est une bonne mère, attentionnée et vigilante avec moi. J’ai une vie de rêve je vous l’avoue. Je m’entends bien avec mes cousins et cousines même s’il y a toujours des tensions de jeune enfant entre nous. Je n’ai pas à me plaindre. Mais il y a une personne, une seule et unique personne de ma famille en qui j’éprouve ce bien être indéniable. Une sensation de bonheur, de paix et de fusion. C’est ma grande tante. Plutôt étrange ? C’est vrai qu’en général c’est le genre de personne qu’on n’a pas envie d’aller voir le samedi après-midi, elle était loin d’être inintéressante et soporifique. Je la vénérais comme une déesse. Peggy. Maman m’amène souvent dans sa maison en Virginie, où elle prend sa retraite bien méritée. Je dois dire que depuis que je suis une petite fille je n’ai jamais été très féminine. Je regarde le sport à la télévision, les films d’action, j’aime courir de hors, je me fais mal je pleurniche et je repars. Un brin garçon manqué… bon okai j’étais loin d’être une petite princesse lorsque j’étais une gamine. Chez tante Peggy c’est trop le paradis, j’adore aller chez elle. Sa maison est ancienne, il y a plein de souvenir. De chose magique, il y a des photos, de vieille arme, des choses qui sont pour moi sans précédent haut de mes trois pommes.



Je me souviens encore de l’odeur du bois de cette maison, je suis curieuse et lui pose toujours une multitude de question, sur sa vie, comment c’était, ce qu’elle faisait quand elle était jeune. Je l’admirais, je m’asseyais sur l’accoudoir du fauteuil ou tatie se trouvait, et elle me montre ses albums photo. Beaucoup de photo en noir et blanc, de vieux costumes, sans doute beaucoup de gens décédé, malgré mon jeune âge, en voyant le regard triste de tatie je comprenais que beaucoup avait dut mourir au combat, prématurément. Il y a de nombreuse photo, annoté de nom inconnu pour moi, mais au file des années devenue connu, comme des gens de la famille, Le sergent Barnes, Dugan et bien d'autre. Au beau milieu de l'album je trouve une photo de ma tatie avec un jeune homme distingué, flambeur et certain « Tatie, c’est qui lui ?Haaa lui. C’est un grand ami, un homme que j’aime beaucoup. Il s’appelle Howard Stark, un génie, c'est avec lui que j'ai crée le SHIELD » je souris, ils ont l’air très proche.« C'est quoi le SHIELD?Je t'expliquerai un jour, quand tu seras plus grande chérie. » Il a une tête sympathique ce Stark, sur la photo suivante, je m’attarde sur l’homme en photo. Un beau jeune homme, les cheveux clair, il est magnifique, il ressemble à ma poupée de Ken. « Et lui ?ça… C’est Steven Rogers, un héros de la guerre. Tu te souviens de ma figurine que j’ai dans ma chambre ? J’acquiesce d’un signe de tête et d’un sourire amusé. Et bien c’est lui, c’est Capitaine America.Pourquoi tu as l’air triste tatie ?Parce que je l’aimais beaucoup et qu’il a disparu. Je ne savais pas trop quoi dire, j’entour mes petits bras autour de son cou – Il ne faut pas être triste tatie. » Elle me prend dans ses bras et se mit à rire en me faisant des chatouilles, comme si c’était de l’histoire ancienne, même si au fond de son cœur je le sais, elle l’aimait toujours et elle aurait aimé le voir une dernière fois, pour un vrai adieu. Elle ne tournera pas la page tant qu’on ne le retrouverait pas. J’ai grandis avec ces histoires, de secondes guerres mondiales, de capitaine america, j’ai grandi avec lui, avec son histoire. Je me sens investie, mon grand-père vient nous rejoindre pour mettre son petit grain de sel dans les histoires de tatie. Lui aussi travaillaient pour le SHIELD. J’étais si fière d’eux. Quant au reste de ma famille, pour eux, l’armée, la guerre ce n’était pas de leur ressort. Papa n’aime pas quand Grand-père ou Tante Peggy me racontent ce genre d’histoire, pour lui je suis sa petite princesse et ne veut que me protéger des horreurs de la guerre. Pourtant on baigne en plein dedans… la guerre froide, le Koweit, le Viet nam. Des choses qui ne partiront jamais des horreurs que nous avons vu, entendu et que nous avons faites. Mais je me sentais investie d’une mission depuis que je suis gosse. C’était le retrouver pour elle.

En grandissant, j’ai compris certaine chose. Peggy m’en a expliqué aussi. Plus en détail sa vie en France, tout ce qu’elle a fait après la mort du Capitaine Rogers, le chercher sans haleine, toujours et encore. Mais elle ne la jamais retrouver. Elle m’a raconté comment il était mort… j’étais trouvais ça affreux et en même temps tellement héroïque… il était d’un courage sans précédent et glorieux. Je trouvais scandaleux que personne ne se souvienne de lui, que personne ne sache ce qu’il a fait pour notre pays, pour le monde. Peggy m’explique que c’est la vie c’est comme ça. Je trouve ça injuste. De plus en plus je veux moi faire quelque chose dans mon pays. Il y a trop de gens qui meurt à mon gout pour rien, et trop d’injustice dans ce monde. J’ai envie de rendre honneur à ma tante et au Capitain. C’est grâce à eux que je me suis trouvé.

CHAPITRE II:

« Tout le monde s'en tape le coquillard de ton blaze, espèce de couille molle ! T'es même pas digne de me lécher mes bottes de merde ! Gare tes grosses miches de tantouse dans ce bus, tu es à l'armée maintenant ! »
Forest Gump

J’ai un défaut, un énorme défaut. J’aime mes valeurs, la liberté et mon pays. A l’âge de 14 ans j’ai pris la décision la plus dur de toute ma vie. J’ai affronté mes parents face à mes peurs et une terrible angoisse. Je veux entrer dans l’armée, je veux servir mon pays. Pas seulement pour Peggy, pour grand père, ni pour lui… mais aussi pour moi. C’est ma voie, de le sais, je le sens. Au fond de moi… c’est ce que je veux. Je n’ai pas envie d’être derrière un bureau, à remplir des tonnes de papiers, je veux être de hors, courir, je veux de l’aventure. Peut-être que ce n’est qu’une passade… je n’ai que 14 ans. Peut-être que je le regretterai un jour, assez tôt ? Et finalement je ferai autre chose de ma vie. Mais là aujourd’hui c’est ça que je veux pour moi et mon avenir. Notre avenir. Mes parents sont contre, ils hurlent, ils ont peur. La guerre ce n’est pas pour les femmes, je suis leur petit bébé. Je l’ai comprend, ils m’aiment, ils n’ont que moi. « C’est encore ta Tante qui lui a mis ça dans la tête ! Je commence à en avoir assez de l’influence néfaste qu’elle inflige à notre fille !Dit aussi que c’est de ma faute si TA fille veut aller faire la guerre ! » Ils se disputaient devant moi comme si je n’existais pas et si je voulais placer un mot… je me faisais automatiquement disputer que je n’avais pas mon mot à dire. Au bout d’une semaine, Peggy est venu à la maison avec mon grand-père. Ils me soutenaient. Mes parents ne comprenaient pas. Pourquoi leur petite princesse voulait ça ? Pourquoi elle ? Peut-être que je n’étais pas une princesse mais simplement un G. I. Joe. Je sais que je leur brise le cœur, je brise leur espoir. Mais c’est mon choix, c’est ma vie. Je ne leur parle en aucun cas de ce que j’ai promis à Peggy, de lui, le retrouver. Grand-père prend ma défense, il me comprend lui aussi à fait la guerre, Peggy aussi et c’est une femme. L’une des meilleurs. C’est si mal de vouloir défendre les plus faibles ? De vouloir défendre des innocents ? Des civiles ? Défendre son pays ? Ils finissent par lâcher prise en voyant que rien n’y ferrait. J’étais bien trop buté pour changer d’avis ! Je ne remercierais jamais assez mon grand-père d'avoir réussi à convaincre mes parents... Sans lui je ne serais jamais aller dans l'école que je visais pour mes études. Je comprenais qu'il voyait en moi surement sa grande sœur qui a plaquer une vie de femme au foyer pour vivre la plus grande aventure de sa vie!

La rentrée suivante, je rentre à l'académie militaire de West Point. Il n’y a que des jeunes gens de mon âge. Effectivement il n’y a pas beaucoup de fille. On doit être peut-être une dizaine sur toute ma session. C’est-à-dire pas grand-chose. Que dire de plus ? La vie là-bas ce n’est pas du gâteau… entrainement sur entrainement. On nous forme à être les meilleurs, l’élite. Je donne tout ce que j’ai depuis des années. Je me donne à fond je veux être la meilleure je veux plus que tout la rendre fière, elle et ma famille. Le nom de Carter sonne comme un nom de Héros sur mon dossier. J’ai appris que le nom de ma grande tante était inscrit dessus. Je ne sais pas si ça me servirait à grand-chose… mais je ne voulais pas être dans son ombre, je voulais moi-même être connu pour moi, ce que j’étais. J’enchainais les entraînements, je corresponds avec mes parents et tante Peggy. Elle a déménagé à Winchester, sur l’ancien continuent. Je lui promets que je viendrais la voir, je ne suis jamais allé là-bas. Je ne suis jamais sorti des Etats-Unis, pas par faute de moyen mais ma mère n’aime pas vraiment l’avion de ce que je sais. Pour le moment je n’attache pas vraiment d’importance aux relations amoureuses, mon seul objectif c’est d’être la meilleure et tout donner. Je ne regarde même pas les garçons à la caserne avec moi je m’en contre fiche. Je me contente d’être la meilleure c’est déjà pas mal. A 16 ans je suis l’une des meilleurs si ce n’est la meilleure. Je suis à côté une formation en informatique qui me permet d’être très douer dans le piratage informatique, banque de donnée et bien autre. L’espionnage… pourquoi pas ? Future vocation après l’avoir retrouver peut-être ? Je manie très bien les armes à feu, arme blanche très bon niveau au combat. J’aime bien d’ailleurs ça, c’est le moment où je peux me la péter quand j’arrive à esquivé par ma petite taille et ma finesse un gros balaise qui a plus de mal que moi à se traîner et je le fou par terre. Je vous laisse imaginer à quel point c’est jouissif ! Et je vous le dit ! Etre une femme à l’armée c’est dur, très dur ! Il n’y a pas vraiment de différence entre nous, les garçons s’en prenne autant dans la tronche que moi et les autres nanas. C’est là que tu comprends que l’armée ce n’est pas pour les femmelettes ! C’est dur, c’est sur tension et il ne faut jamais craquer. Même quand le sergent nous hurle dessus pour rien, nous pousse à bout nous lève à 3h du matin juste pour courir et monter sur les toits ! Il faut toujours être à fond, toujours au top. N’importe où. N’importe quand. Toujours là. Toujours présent. Toujours alerte. C’est ça le plus dur. Faire le vide et ne penser plus qu’à sa mission, rien d’autre. Une fois ma majorité obtenu, je me suis mis à suivre des études de psychologie. Je trouve ça très intéressant mais aussi afin de comprendre les réactions humaines et anticiper l’agresseur comme comprendre les victimes.

CHAPITRE III:

« La vraie patrie est celle où l'on rencontre le plus de gens qui vous ressemblent. »
Stendhal

J’ai faits deux rencontres qui ont bouleversé entièrement ma vie – sans compter tante Peggy -  voici la première. Clinton Barton. Il est venu un jour dans mon académie, je n’avais que 20 ans. Personne ne savait qui était ce type mais il était là. Il nous observer, sans trop laisser paraître. On se demandait bien qui s’était… un nouveau militaire qui allait travailler avec nous ? Quelqu’un de l’administration ? Je l’oubliais très rapidement, ça ne devait pas me perturber plus que ça. Il est venu comme ça plusieurs fois, de plus en plus souvent, il nous observer sans rien dire, il se contentait d’observer ce que nous faisions, nos comportements… Je me sentais franchement observé de plus en plus car il venait pendant mes entraînements. Jusqu’au jour où j’étais en simulation de combat, un de mes collègues en face de moi simule une agréation - arme blanche – je le maîtrise assez facilement même avec ses 90kilo et le mets à terre éloignant le couteau d’un coup de pieds. J’entends quelqu’un applaudir dans mon dos. Je me relève aidant mon camarade avec ma main tout en me tournant. Je revois l’homme de la dernière fois avec un autre homme plus vieux, noir, un bandeau de pirate sur l’œil… Albator et son acolyte ? « Enchantée de faire votre connaissance Mademoiselle Carter. Je suis Nick Fury directeur du Stratégie Habileté Intervention Exécution et Logistique Défensive… - Le Shield ?Je vois que votre grande tante vous a déjà appris beaucoup de chose à notre sujet. Elle est la mieux placer pour vous apprendre ce qu’il faut savoir. Je vous présente l’agent Barton qui travail pour moi. Si l’agent Barton est venu ici Mademoiselle Carter, c’est que vos aptitudes on fait parler de vous jusqu’à nos oreilles. Nous cherchons de nouvelle recru au sein du Shield, d’après l’agent Barton vous êtes brillante, compétente et la meilleure de l’école, si vous le désirez une formation d’agent vous attend chez nous et l’agent Barton ici présent c’est porter volontaire pour vous accompagner et de vous aider. » Sincèrement je restais un peu stoïque, ils étaient sérieux là…. Je restais bête, devant eux sans rien dire. WHAT ? Sans déconner ! Je … je…. J’alterne mon regard entre Monsieur Fury et l’agent Barton… wow ! Non mais WOW quoi ! Je restais sans réponse, sans réaction sous le choc de ce que je venais d’entendre. Le Shield… j’avais envie d’hurler mais ça n’aurait pas fait professionnel du tout ! Je suis militaire avant tout même du haut de mes 20 ans… Je réussi à sortir un grand sourire à Fury, tendant à mon tour ma main vers lui pour la serrer. « On commence quand Monsieur? » Sincèrement je pensais à Peggy, je n’avais qu’une envie s’était de l’appeler de lui dire tout ça, qu’elle soit fière de moi que je rentre dans le Shield, que je sois recruter par le Shield sans même avoir encore demandé une affectation… je me sentais tellement honoré et compétente ! Ils admiraient ce que j’étais, moi Sharon Carter petite nièce de Margaret Carter… Une nouvelle vie allait commencer ! Et je m’y jetai à corps perdu !

Ma première action avant de quitter l’académie avec les félicitations de mes supérieurs fut d’appeler Peggy, de lui raconter, elle était avec grand-père ils étaient tellement heureux pour moi, surtout Peggy, je lui renouvelai ma promesse de le retrouver, quoi qu’il arrive. J’appelais par la suite mes parents, leur annonçant la nouvelle, ils étaient plus ou moins content mais heureuse de savoir que c’est ce que je voulais et que je suis folle de joie. Je prépare mes affaires pour quitter mon dortoir, embrassant mes camarades de chambre. On resterait en contact bien entendu. « Bienvenue au Shield Mademoiselle Carter » C’est l’agent Barton qui vient me chercher, Fury est parti. Je me sens un peu timide face à lui, c’est un agent, il a l’air très compétent et j’ai peur de ne pas être à la hauteur bien normale. Pourtant il ne semble pas beaucoup plus vieux que moi... peut-être 5 ans. Je veux tout donner. Je le suis, mon sac sur le dos, habiller en civile. Je monte en sa compagnie dans sa voiture. Je suis silencieuse, regardant la route. On se dirige vers les locaux du Shield. Je subis de nombreux tests : psychologique, de force, compétence et bien autres. Clinton devient mon mentor, je passe pratiquement toutes mes journées en sa compagnie, entrainement, combat la totale ainsi qu'avec d'autre agent du SHIELD encore plus vieux que Clint, pourquoi alors me laisser sous la surveillance de Barton? Fury ne voulait pas que je sois un simple agent du SHIELD, un simple petit pion à envoyer en mission. Il attendait bien plus de moi, alors quoi de mieux que de mettre un ancien mercenaire à mes côtés. Je l’avoue que par moment il y a des tensions à être toute la journée avec la même personne, ajoutez-y la fatigue, le stress et bien d’autre chose je vous laisse imaginer les petits pétages de plombs, ça forgera ma patience d’ailleurs dans le futur. Clin est curieux, il me pousse toujours au bout de mes limites, toujours plus loin. Avec le recule je comprends ce qu’il voulait, me pousser dans mes derniers retranchement et tester ce que j’étais dans le démuni le plus total. J’ai appris tellement de chose en sa compagnie. J’ai mis un peu de temps à m’adapter à cette  nouvelle vie d’agent/espion. Ca changé de l’armée de manière assez radical. Mais j’avais Clint, il est formidable avec moi. Il est patient et gentil dans le fond. On s’est assez vite bien entendu. Même si un certain respect est resté pendant les 6 premiers mois, Agent Barton et futur Agent Carter. De plus en plus on est devenu proche, intime. Il était le grand frère que je n’avais jamais eux finalement. Je fis vite la connaissance de son acolyte, l'agent Romanoff qui passer son temps à décrédibilisé Barton lors de mes entraînements. Une manière de rendre les entraînements beaucoup moins... pénible et drôle! Je me suis d'ailleurs assez vite entendu avec Natasha également, c'est une fille sympa également. Un jour Barton fini par me demande comment était Peggy Carter, célèbre agent du Shield… pour moi c’était Tante Peggy qui me faisait de super gâteau… c’est vrai qu’on avait une vision complètement différente de la même personne. On est assis de hors et je on discute de chose et d’autre. Il me raconte des choses de sa vie, il finit par me demander. « Dit moi Sharon, qu’est ce qui fait qu’une gamine de 15 ans veut faire l’armée ? Ce n’est pas des plus habituels… - Ce n’est pas faux, c’est vrai que j’ai été aidé par ma grande tante et mon grand-père. Leurs histoires, c’est un patrimoine qui m’a beaucoup intéressé. J’ai fait une promesse à Peggy.Quelle est-elle ?Le retrouver, pour elle… Capitaine America. Il représente énormément pour elle, j’ai été élevé en entendant ses histoires. J’ai l’impression… c’est idiot je sais, mais j’ai l’impression qu’il fait partie de ma famille, j’ai l’impression de le connaitre. » Clint devait me prendre pour une débile, mais au contraire, il trouvait ça honorable et gentil de ma part. C’était ma mission première, le retrouver quoi qu’il arrive. « Il faudra que je te présente l’agent Coulson un de ses jours plus intimement. » L’agent Coulson était notre supérieur à beaucoup d’entre nous, j’avais cru comprendre que c’était un fan également de Captaine America, je n’avais pas encore eu la chance de le voir. Il était en mission. Les six derniers mois nous continuâmes la formation et l’entrainement avec Clint, devenant de plus en plus proche. Je reçu enfin après l’année mon insigne d’agent du shield officiellement toujours sous la surveillance et les ordres de Barton, mon mentor. Mon arme et mon nom de code : Agent 13. Je demandai à Fury en personne de reprendre le nom de code de Peggy, pour lui rendre hommage. Je me pris en photo avec mon uniforme, grand sourire stupide et un petit bout de papier avec écrit #13 que j’envoyais à Peggy, elle comprendrait. Ça lui fit à elle aussi quelque chose que de savoir que sa petite nièce suivait ses pas et porter le même nom de code qu’elle. Du moins pour le moment, j'appris dans la foulé que Peggy commençait à être malade... l’Alzheimer venait d'être diagnostiqué.



Ma première mission comme Agent, je pars avec Clint en Russie. Un agent de l’Hydra aurait été aperçu la bas, notre mission le débusquer dans son repère. Il se trouve dans une ambassade. Faux papier, fausse identité on part en mission, se faisant passer pour un faux couple en vacance en Russie. Le soir même nous nous rendîmes à l’ambassade en question, bien entendu surveiller comme pas possible. Clint fait diversion auprès de la sécurité avec ses flèches pour que je puisse pirater le circuit informatique du bâtiment. Je réussi à couper les caméras de sécurité et les alarmes pendant 10 minutes. Il fallait faire vite, ainsi qu’un petit virus pour les retarder un peu plus. Je sors vite et m’infiltre dans le bâtiment en compagnie de Clint. J’avais le cœur qui taper à deux milles à l’heure, ma première mission je ne devais pas foirer ça c’est certain ! Et puis on risquait sa vie à n’importe quel moment. Je ne voulais pas décevoir Clint, et tout son enseignement… ! On essaye de ne pas se faire voir. Je passe devant Clint, il y a une bouche d’aération. Il me fait la courte échelle, et on monte dedans. Sans bruit on travers la bouche, on finit par sortir dans un autre couloir. On entend du bruit, Clint me fait signe de continuer, il va surement les retenir un peu. Je cours dans le couloir pour arriver dans une grande pièce où se trouve le type de l’hydra qu’on cherchait. Je dégaine pour arme vers lui. Je n’ai même pas le temps d’ouvrir ma bouche pour lui demander de me suivre qu’un type arrive en face de moi. Un homme très grand, le bas de son visage est cacher par une sorte de masque, son bras est…. Bizarre, on dirait qu’il est en acier… Tout c’est passer très vite, il lui a littéralement fait exploser la tête. Me trouvant proche de l’agent je reste paralyser, je suis recouverte de sang qui n’est pas à moi, des bouts de sa cervelle me dégouline sur le visage. Je ne peux plus bouger, je voudrais courir je n’arrive pas. Le grand mec se tourne vers moi, je lui tire dessus mais il esquive mes balles et m’attrapa par le coup et me soulève du sol avec une facilité déconcertante. Je serre des dents par la douleur, remuant des pieds, je n'ai même pas la force de crier. Tétaniser par la douleur, ce que je venais de vivre je peux vous le dire cette mission restera graver dans mon esprit toute ma vie, tout comme la première fois que je tuerais quelqu’un… ça reste à vie ce genre de chose. J’entends des bruits de pas, Clint. Bucky me jette littéralement en arrière, sur plusieurs mètres. Je percute quelque chose, enfin quelqu’un. Je me retrouve sur le sol, allongé de tout mon long, Clint sous moi. Et il partit comme il était venu, de nul part, poser. « Sharon, Sharon, tu es blessé ? Ça va ? » Clint m’attrape et me secoue légèrement. Mes yeux le regardent, cherchant la sécurité. Il grimace en me regardant. Je lui fais non de la tête. Je n’ai rien, je suis vivante mais recouverte d’un mélange de sang et de cerveau. J’ai envie de vomir. Clint m’essuie le visage et me serre dans ses bras, il voit que je suis complètement choquer. « Ca va, Ca va tout va bien. Ne bouge pas. » Il va dans la pièce regarder l’agent de l’Hydra du moins ce qu’il en restait. Prend une photo avec son tél avant de l’envoyé à Fury. Il me récupère, on entend du bruit. Il faut dire que le passage de l’autre n’avait pas été discret. On se faufile par une sortie de secours et on part en courant le plus discrètement. On se rend dans notre hôtel un peu plus loin en passant par la sortie de sécurité... J’enlève mes fringues couvert de sang tout comme Clint, je m’attache les cheveux. Il fallait que je prenne plus qu’une douche je me sentais vraiment pas bien je suis blanche. « C’est qui ce type ?Aucune idée … Mais Fury ne va pas aimer ça du tout. » Il s’approche de moi et me prend dans ses bras. Une manière de dire que ça aller. Ce mec m’avait foutu la peur de ma vie, il avait le regard sombre… une machine à tuer ! Je revoyais encore la tête de l’agent explosé sous mes yeux et sur moi. Je vais prendre une douche, d’ici quelque heure on partirait d’ici pour rentrer au Etats-Unis. Ma première mission est un fiasco et c’est même pas notre faute.

Je compris enfin l'intention de Fury de m'avoir mit dans les mains de Barton. Me former d'une manière moins conventionnelle. Fury me proposa de devenir une agent élite, une de ses agents. Cette catégorie d'agent n'est pas officiel, inconnu de tous. J'accepte volontiers cette proposition - je suis un agent normal, comme les autres, petit à petit je monte les échelons des niveaux. Une exception près j'obéie au ordre, comme n'importe quel agent, mais je répond en priorité à Fury. Agent d'élite ça veut dire en quelque sorte agent privé de Fury, cela implique que je me donne à 200% pour lui et dans le plus grand secret. Je fus ému et assez impressionné qu'il me face autant confiance, d'après lui mon éducation des Carter ne peut que faire de moi quelqu'un de bien et digne de confiance. C'est avec Maria Hill que je fais mes premières marque en tant que réel agent. Elle m'apprend ce qu'il y a à savoir sur Fury, et ce qu'il faut dire et faire. Ce boulot, c'est tout ce que j'ai et c'est je ne pouvais espérer mieux!

CHAPITRE IV:

« Il avait un de ces sourire rare que l’on ne croise que 4 ou 5 fois dans sa vie. Un sourire qui semblait comprendre et croire en vous comme vous aimeriez que l’on vous comprenne et que l’on croie en vous. »
Gadsby le magnifique

Avec le temps j’ai pris en assurance, en efficacité et notoriété. Devenu l’une des meilleurs recrus du Shield. Pourquoi? Qui se méfie d'une jolie petite blonde au regard enfantin et angélique? Ne jamais se fier au apparences! Je fais désormais des missions seules, avec d’autre agent. Officiellement Clint n’est plus mon supérieur mais il reste mon mentor et mon ami le plus proche et le plus fidèle tout comme Natasha. Entre tout ce temps j’ai rencontré l’agent Coulson, mon supérieur. Et une personne que j’admire beaucoup. Notre première rencontre fut assez étonnante. Je me sentais impressionner face à lui et son courage et en fait c’était lui qui était en admiration devant moi, mon histoire et mon patrimoine. On parla pendant des heures entières de Peggy, de Rogers, de ce qu’il s’était passé il y a 70 ans. On avait une passion commune, Steve Rogers. Puis des valeurs communes, la protection et la paix, et bien autre. Je m’entends assez bien avec Coulson, c’est un homme bien, je l’admire beaucoup c’est un agent excellant, un homme sur qui on peut compter.

Je vous ai parlé de deux rencontres essentiels à ma vie. La première fut Clint, la seconde…. C’est Lui. Depuis mon entrer au Shield, j’ai essayé de retrouver le Captain, j’ai réussi à avoir les documents de l’époque, conversation téléphonique avec Peggy, Coulson m’aidait quand il avait du temps, c’était une passion et un besoin pour lui aussi je le comprenais. Mais on ne trouvait rien, rien de bien prometteur. On repéra un endroit où il pourrait peut-être se trouver avec l’hypothèse des courants de mer identifié depuis ses clinquantes dernières années. Je gardais l’espoir de le retrouver, coûte que coûte, je m’en étais fait la promesse à Peggy aussi. Même si par moment dans mon appart je me dis en regardant la télé… que c’était foutu, on ne le retrouverait jamais et ça me fouter le moral à zéro…. Une équipe parti à sa rechercher au cas où, je ne pouvais pas partir on avait besoin de moi ici. Une nuit à 3h30 du matin mon téléphone sonne. Coulson qui me dit qu’on vient de l’appeler on la retrouver. Je crois rêver, j’ai l’impression que je dors encore, que ce n’est qu’un rêve… Il arrive dans 15 minutes. Je me lève comme une furie, préparer un sac rapide avec quelques affaires chaudes que j’avais. Je sorti de chez moi, il était là devant moi, j’avais un sourire coincé, je manquais de sommeil mais je suis excité comme une puce ! C’est le grand moment. On prend un avion pour aller dans l’arctique, je ne tenais pas en place, je fais les cents pas dans l’avion. J’allais trouver un homme mort dans la glace depuis 70 ans… c’est affreux mais je suis excité à ne plus en pouvoir. Je fini par appeler Peggy avec le décalage horaire lui dire qu’une équipe pense l’avoir trouvé grâce à son bouclier et son costume. Je l’entends pleurer au téléphone, je pleure aussi. Je suis ému, je lui enverrai une photo. Je n’arrive pas à dormir, Coulson est tout aussi impatient que moi en fait. Le pilote nous prévient que l’on arrive bientôt. On s’habille pour pouvoir affronter le froid à l’extérieur. On se rend dans une base du Shield, une espèce de laboratoire. Je vois un bloc de glace, qui fond petit à petit, je n’ose m’approcher. Je ne peux pas le regarder finalement, Coulson se met derrière moi et me pousse pour que j’avance, affronter ce qui doit être affronté. Je sens sa main sur mon épaule. Je m’approche et voit le corps d’un homme que j’ai connu sur des photos en noir et blanc, il n’a pas changé, il est resté exactement le même, il est toujours aussi beau. Je le regarde sans bouger je ne peux plus retirer mes yeux de son visage, de son corps congelé. Je le trouve magnifique, je suis triste, mais tellement ému de le voir devant moi. Je sors mon téléphone et prend une photo du bouclier pour l’envoyer à Peggy avec comme message l’accompagnant : Que Dieu bénisse l’Amérique. Une larme coule de ma joue sous l’émotion. On lui fera sans doute de grande obsèques nationale, du moins je l’espérais… Quand l’un des médecins s’exclame « C’est impossible… !! IMPOSSIBLE ?! » Je le regarde, sans comprendre « Il est vivant, c’est impossible il est vivant ! » Je crois que je vais faire un malaise…. Je ne me sens pas du tout bien mais je souris nerveusement, un trop d’émotion. Coulson me tire gentiment sur une chaise proche pour que je m’assoie et s’assis à côté de moi, lui-même sous le choc. En fait je le plaignais, il avait disparu pendant 70 ans, 70 ans d’hibernage, il allait revenir après 70 ans… plus aucun repère, plus aucun ami, ni famille… plus personne. C’est affreux ! Et le peu de gens qu’il connaissait était mort ou très vieux. Je ne veux plus y penser, je tourne mon regard une nouvelle fois vers Steven. Comment pouvait-il encore être vivant… ? C’est vraiment un super soldat, mon super héros. Je fini par sortir de la pièce pour appeler Peggy, je regarde mon téléphone et je raccroche au final. J’irais lui dire moi-même de vive voix, elle est âgé, je ne voudrais pas la choquer. Déjà qu’elle doit être en larme de savoir qu’on l’avait enfin retrouvé pour faire son deuil… finalement ? Je reviens dans la salle après avoir souffler un bon coup pendant 10 minutes. Je m’approche du corps de Steve, on dirait qu’il dort. Ça allait être terrible pour lui. Je posai ma main sur sa joue comme une caresse et embrasse son front avant de repartir avec le corps en avions vers les états unis avec les chercheurs, agents et médecins.

Je suis allé en Angleterre qu’une fois que Steven était réveiller, et qu’il allait bien. J’avais disparu avant qu’il n’ouvre les yeux. Je ne voulais pas qu’il me voit, pas pour le moment ça serait bien trop dur… pour moi mais surtout pour lui… j’étais la petite nièce de la femme qu’il avait aimé. Il ne fallait pas qu’il me voit pour le moment et qu’il sache qui je suis. Je vais annoncer la dite nouvelle de vive voix à Peggy, qu’il est toujours vivant et qu’il va bien. Peggy reste sans réaction… elle a l’air heureuse qu’il soit vivant et me demande de veiller sur lui, c’est un gentil garçon timide qui n’est pas très doué avec les femmes. Ah bah t’es bien gentille tatie mais je ne suis pas plus doué que lui au final… Et puis veuillez sur lui, c’est un super soldat… et qui plus est à 90 ans… je ne pourrais que le protéger du monde extérieur et de la méchanceté des hommes mais d’après ce qu’elle m’avait raconté de lui dans mon enfance, il la connaissait bien mieux que moi la méchanceté de l’homme, il l’avait subi à ses frais. Je reste une semaine avec elle, histoire d’être sûr qu’elle aille bien et je retourne à New York avec elle, son état de santé ne s'est pas amélioré, on decide de la faire rentrer dans une maison médicalisé à New York, au moins je serais près d'elle. Quand à moi je rentre dans mon petit appartement dans le Queen. Et je fini par reprendre le court de ma petite vie normale. Eviatnt de croiser Steven dans les couloirs du Shield sans jamais lui parler, sans jamais me présenter et lui dire ce que j'avais fais pour lui. Coulson me dit que je suis stupide et il a raison. Il a bien comprit que j’étais amoureuse de lui, depuis que je l’avais vu. Il n’était pas dupe. Si je ne voulais pas le voir c’est que je ne voulais pas faire souffrir Peggy ni même lui. Fury me charge d'une nouvelle mission, surveiller incognito Rogers. J'avais envie de lui demander pourquoi moi! Raison simple de Fury, je suis la meilleure placé pour être bienveillante à son sujet, en vue de mon passé Carter, des sentiments que je pouvais avoir pour lui et que j'étais qualifié pour le faire et surtout, le SHIELD avait toujours tout fait pour que je ne sois jamais présenté à Rogers et que je passe inaperçu dans la foule des agents. On pensait que ca serait mieux de ne pas lui dire que j'étais la petite fille de Peggy, même s'il finirait bien par le savoir, le jour où il tomberait sur un dossier où serait mentionner agent13. Je devais rester une anonyme à ces yeux, simplement la voisine de palier. Je tenais trop à lui depuis si longtemps. Je ne devais pas être là pour ça. Alors je garderai ce lourd secret pour moi et je vivrais avec tant que je le pourrais. Depuis je lui ai quand même adressé la parole de temps en temps mais très peu et pas très longtemps. Je perdais facilement mes moyens face à lui, je ne suis qu'une jeune infirmière qui travail à l'hôpital de New York. Il ne devait pas savoir, c'est un ordre directe de Fury.

CHAPITRE V:

« La crainte de la guerre est encore pire que la guerre elle-même. »
Sénèque

Je me retrouvais très vite dans le feu de l’action. Une attaque extraterrestre dans New York, les Avengers essayant de régler le chaos dans la ville. Je restais complètement admirative face à Anthony Stark, le fameux. Je devais bien l’avouer Iron man avait de la gueule. Mais je ne pouvais m’empêcher de penser à Clint et Natasha, en espérant qu’ils aillent bien, qu’ils ne leur arrivent rien ainsi que Rogers. Surtout lorsque j’avais appris que Clint était hypnotisé par un certain Loki. Tous les agents qui n’étaient pas sur l’hélio devait se rentre en ville pour aider les forces de l’ordre. Je m’y rendis le plus vite possible, armée, en tenue et aidait les gens à sortir des immeubles. Je n’ai jamais vu un tel chaos, c’était effrayant, il y avait des cadavres de partout, des voitures en feu et des immeubles complètement rasés. De quoi foutre un froid dans le dos et digne d’un film de science-fiction. Je n’ai jamais vu un tel bordel ! Je me lie à l’armée pour sortir des enfants d’un bus scolaire coincé ainsi que des gens bloqués dans un immeuble. J’entre aperçois Steven qui se bat avec bravoure, il est merveilleux je sors de mes rêveries pour abattre une de ses saletés d’extraterrestre. Crève ! Le calme est revenu, Thor est reparti dans son monde avec son diabolique frère. Je me rends sur la base du Shield où je vois Clint, heureuse qu’il soit vivant. Mais je n’apprécie pas réellement la nouvelle qu’il m’apprend… Coulson est mort, ce salaud de Loki la tuer de sang-froid. Je me sens anéanti. Remplie de colère et de peine, je laisse sortir quelque larmes avant de les essuyer rapidement et je préfère partir m’isoler. Quittant les locaux remplie de gens venu comme moi apprendre la mort de Coulson ou lui rendre un dernier hommage. Je ne pouvais pas rester devant tout ce monde, et me content d’être triste. Je l'apprécie beaucoup comme un ami, j’avais connu beaucoup d’émotion et de sensation forte avec lui en arctique et j’étais heureuse que ce soit avec lui. Je n’arrivais pas à me dire qu’il était mort, c’était le risque du boulot mais Merde ! Pourquoi comme ça… ! Je m’étais mis contre un mur de hors et je pleurais, tout simplement. J’avais besoin d’être seule. J’entends une voix réconfortante me dire « Ça va ? » Je me tourne et vois Natasha. J’étais rouge par les larmes, en pleure, je passais mes mains sur mes yeux et dit. « Ça pourrait aller mieux … merci. J’avais besoin d’être seule » Elle me prend dans ses bras, j'essaye de retenir mes larmes. Mais c'est dur je fini par craquer dans ses bras. Ce jour-là je suis rester la soirée chez moi toute seule, à regarder mon album photo de l’armée et du shield, je ne voulais voir personne. Les photos que j’avais avec Clint, Natasha, Coulson, et les autres… les soirées que nous faisions, nos bêtises et nos blagues. C’est dur d’être confronté à la réalité de la vie, la mort est partout, dans tous les coins de rues surtout dans nos métiers. J’aurais voulu être là pour lui, comme tout le monde je pense. Tout le monde aurait voulu être là pour Coulson, il était un agent formidable et le sera toujours. J’étais un deuil d’un patron exceptionnel.

La vie reprend son court normal. Le chagrin s’en va doucement, laissant place à de la nostalgie, un petit sourire en repensant à lui. Je devais aller de l’avant il y avait encore tellement de chose à faire. Je ne devais pas lâcher l’entrainement et mon boulot d’espionne informatique. Je devais passer un nombre de temps impossible devant mon écran à pirater des systèmes informatiques, des bases de données, des ordinateurs, des disques durs pour trouver la petite information qu’on avait besoin. Alors je vous laisse imaginer à quel point j’aimer l’entrainement, courrier, tirer et faire de la gym et du combat! Ça me permet de me dépenser et d’arrêter de penser à Coulson mais aussi à Steven …  Je sais que Peggy se doutait que je ressentais quelque chose pour le beau blond, elle ne me dit rien, mais me fit comprendre qu’elle comprenait avec un « il est beau n’est-ce-pas ? » … J’avais envie de lui répondre il n’est pas beau, il est merveilleux. Je continue mes missions, mon boulot toujours aussi impliquer. Quand à Steve, il continue sa vie de soldat et moi pour le moment je me contente d'être la gentille voisine de palier infirmière nommé Kate. Je n'ai jamais vu Rogers aussi souvent et aussi près, finalement je suis heureuse de se boulot, je peux veuillez sur lui. Grâce à mes aptitudes et mon travail méticuleux sur l'HYDRA et l'espionnage informatique Fury m'a personnellement fait agent Elite. Vous me direz, agent élite c'est bien... mais c'est quoi? Un agent Elite ne répond qu'au ordre directe de Fury, c'est comment dire une fonction secret qui ne doit jamais être divulguait. Comme un second bras droit de Fury, me montant du simple niveau 5 au niveau 7 du SHIELD. Le Statu d'agent élite me permet d'aller jusqu'au niveau 9 et d'avoir accès à énormément de chose secret. Personne n'est au courent sauf Fury et les autres agents élites comme Maria Hill. Fury me donne sa confiance aveugle est ce n'est pas donné à tous croyez moi! Voilà pourquoi je me charge de Steven ... parce qu'il me fait confiance et qu'il n'a jamais eu à redire sur ma fidélité et mon engagement.

CHAPITRE: VI:

« Puisque je ne suis pas capable de choisir, je prends le choix d'autrui. »
Montaigne

Depuis l’attaque des Chitauris, rien n’a changé. Steven à récupérer son appartement sur Brooklyn payé par le SHIELD bien entendu au départ. Et moi j’ai continué de faire ma planque dans l’appartement d’à côté déguisé en infirmière du bloc infection. On se croise lorsque je sors ou que je rentre du boulot. Il a toujours un mot gentil pour moi, il est adorable. Il est exactement comme tante Peggy me le décrivait, tendre, gentil, aimable, bienveillant et terriblement maladroit avec les femmes. Mais c’est un petit plus je trouve qui lui va si bien ! Sur ce une soirée qui semblait banal je croise Steven dans le couloir, on discute cinq minutes me proposant de faire ma machine à lavé chez lui pour me faire un moindre cout d’argent – avec un sourire – je refuse en lui disant que c’est bien aimable à lui mais les microbes et les virus je les lui épargne. Alors il me propose de boit un café, un de ces jours. J’accepte volontiers et part faire ma pseudo lessive en lui disant que sa chaine stéréo est allumé. Une fois que Steven est parti je remonte à mon appartement vitesse grand V et m’arme. Steven n’oublie jamais d’éteindre la radio et ce n’est pas son genre de musique. J’attends, contre la porte prête à agir. Jusqu’à ce que j’entende un bruit énorme percer le mur à côté, un bruit d’explosif et de tire. Sans attendre je sors, visage découvert tant pis je ne vais pas laisser Rogers mourir à côté de moi ! Je pousse la porte d’entrée avec mon pied « Captain Rogers ? » Mettant en joue tout ce qui est suspect, le mur est éventré, Steve est au sol à genoux devant… devant Fury. Oh merde ! Je sors mon talkie-walkie  annoncent avec des noms de code que Fury est au sol. Et de m’envoyer des agents en renfort ainsi que les urgences. Steve me regarde, comprenant que je n’étais pas celle que je prétendais être et parti en direction du mystérieux tireur. Pendant ce temps je reste avec Fury. Appuyant sur sa plait la plus importante empêchant le sang de couler. « Sharon appelle MariaMaintenant ? Mais NickJ’ai dit… maintenant ! »

Je suis resté en retrait à l’hôpital, près de la porte… Maria et Natasha était à l’intérieur. Maria parti la première, elle pleurait. Je compris que Nick n’était plus là … Enfin, comme tout bon agent je joue mon rôle. Je quitte l’hôpital avec la complicité de Maria pour organiser la fuite de Fury … pas tout à fait mort. Ce qui me fait le plus de mal dans cette histoire c’est que je ne peux rien dire à Natasha. Ca compromettrait toute la mission et ce n’est pas mon avantage que mon patron se fasse une fois de plus descendre.

Mais avant de faire sortir le corps je suis demandé au Triskelion par Pierce, je lui raconte ma version des faits, l’explosion, le tireur inconnu, les urgences et Steve à sa poursuite. En sortant je croise Steven je me contente de le salué d’un simple Captain Rogers et lui d’un Voisine plutôt amer. Je crois que je peux oublier mon invitation pour le café ! Après avoir ait sortir Fury en douce de l’hôpital, je reprends mon travail dans les bureaux du SHIELD sans vraiment savoir ce qui se trame derrière toutes cette merde ! Pierce nous fait parvenir à tous un arrêt officiel sur l’arrestation du Capitain Steven Grant Rogers et de toute personne qui le cacherait ou l’aiderez à s’enfuir. Malgré mon intervention auprès de Pierce pour savoir le motif d’un tel ordre il met en cause Rogers dans l’assassinat de Fury. Comme si Steven était capable de tel acte… même s’il n’est pas d’accord sur la vision des choses de Fury il ne l’aurait jamais tué et je sais très bien qu’il n’a rien à voir avec tout ça… je me contente de baisser la tête et de reprendre mon travail. Mon boulot, rester en vie ici et donner les informations qui tourne ici à Hill pour la sécurité de Fury, de Rogers et de Romanoff. On n’a pas le choix.

Une véritable chasse à l’homme éclate pour retrouver Rogers… Lorsque l’information arrive au SHIELD que Steven et Natasha ont été aperçus en ville j’informe immédiatement Hill sur les convois et leurs heures de départ pour aller les débusquer. Je n’ai pas de nouvelle depuis ce temps, en espérant que la mission c’est bien dérouler. Rumlow revient bredouille, énervé comme pas deux… ça à marcher, je ne laisse rien paraitre. Continuant de pianoté sur mon clavier d’ordinateur. Le lancement du projet Insight va bientôt commencer d’ici quelques heures et je continue mon travail comme si de rien n’était, avec professionnalisme et compétence. Alors que le projet va débuter d’ici cinq minute un homme parle dans le micro, dans tout le SHIELD. Je reconnaitrais cette voix entre mille, c’est Rogers. Dévoilant les noirs projets d’HYDRA infiltré au sein du SHIELD. On a le choix, répondre au ordre du SHIELD et s’allié potentiellement à l’HYDRA ou rejoindre le Captain. Je n’ai même pas besoin de réfléchir alors que Rumlow attaque un agent proche de moi, je me lève mettant en joue mon collègue sous ordre du Capitain Rogers. A la suite d’un petit combat entre ce qui fait confiance en Steven et les agents d’HYDRA.

Tous ceux-ci c’est terminé avec la destruction pure et simple du SHIELD par Natasha. Les agents d’HYDRA disparu dans la nature, le SHIELD n’est plus. Je dis un dernier adieu à Nick – pour le moment – en espèrent le revoir bientôt. Quant à moi, n’ayant plus de travail je me dirige vers la CIA. Bien que la destruction du SHIELD me rend un brin triste, voir ce que Peggy a construit détruit par l’HYDRA qui la corrompu… me rend pleine de tristesse et de crainte de ce qu’ils sont capables. Une part de Peggy est morte avec la démolition du SHIELD… Maintenant il faut continuer de vivre au sein de la CIA et continuer comme si de rien n’était. J’espère revoir un jour Steven… et retrouver Natasha peut-être une dernière fois avant qu’elle ne parte définitivement.




Me voilà, me revoilà! ♥ Pour re dire, je suis Yelena Belova - sinon Johanne. En dernière année de BTS Design Graphique. Très grande fan de l'univers Marvel et que dire de plus que je vous aimes mes petits chou à la crème ♥



Dernière édition par Sharon Carter le Dim 16 Nov - 21:15, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #Agent 13 au rapport Mar 11 Nov - 13:41

Sharooooooooooooooooon <3 Ma petite élève d'amour , ma petite protégée Re bienvenue à toi choupette de n'amour :y:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #Agent 13 au rapport Mar 11 Nov - 17:25

Merci mon sucre d'orge

Clint - Merci mon petit mentor d'amour

Sigyn - Merci à toi, ça me va droit au coeur ♥️
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: #Agent 13 au rapport Dim 16 Nov - 21:15

Merci Lilith, et merci monsieur Quills :y:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: #Agent 13 au rapport

Revenir en haut Aller en bas

#Agent 13 au rapport

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty» Ki manti sa -a ???- Rapport de Freedom House /sujet fusionne» rapport de bataille apocalypse» Rapport sur les abus de droits humains en 2004-2006» QUAND L'AGENT AGRICOLE ET LE FAUX INGENIEUR PIETINENT UN AGRONOME ETUN INGENIEUR
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SCARS OF MIND ϟ :: 
Off the record
 :: Le cimetière :: Fiches de présentation
-